En détention à la Prison Centrale de Makala : Gabriel Mokia condamné avant d’être jugé

0
199

Un ancien candidat à la présidentielle se trouve aujourd’hui incarcéré à la prison centrale de Makala où il court le risque d’être condamné à la peine capitale au regard de l’accusation de tentative de meurtre sur une dame. Une accusation formulée par le commissaire divisionnaire de Kinshasa, le général Kasongo Sylvano.

L’infortuné est un ancien pensionnaire de cette maison carcérale pour y avoir passé trois ans il y a à la suite d’une altercation avec le dénommé Daniel Yolama en pleine émission sur la chaine de télévision appartenant au regretté confrère Michel Ladi Luya, alors éditeur Responsable du Groupe de presse Le Palmarès.

            Au regard des accusations formulées par le nommé Yolama, sans avoir eu droit au principe selon lequel la défense est sacrée, Gabriel Mokia fut jeté en prison où il passa trois ans. Dieu merci, il s’en sortira de justesse et reprit son bonhomme de chemin comme acteur politique et homme d’affaires très prospère dans le domaine des producteurs et exportateurs de café à Lisala, dans l’ex-province de l’Equateur, devenu aujourd’hui Province de la Mongala par la magie du découpage territorial. 

            Toujours selon le commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo, l’infortuné est accusé d’avoir porté des coups sur une dame de nature à conduire au meurtre juste en face de l’immeuble abritant le siège de son parti politique, sur l’avenue du Haut Commandement à Gombe. 

Affaire Ngoyi Kasandji   

            L’infortuné  Gabriel Mokia a le malheur de se retrouver en face de deux accusations. D’une part, il doit affronter cette dame et autres victimes de la bagarre devant le siège de son parti situé juste à l’entrée de l’avenue du Haut Commandement à Gombe. D’autre part, il risque d’affronter devant le juge civil l’ancien Gouverneur du Kasaï Oriental .

            On rappelle que Gabriel Mokia et Alphonse Ngoyi Kasandji se disputent un terrain situé sur le Boulevard du 30 juin non loin du Rond-Point Socimat. Chacun d’eux revendique une portion de ce terrain pour y ériger un immeuble à double caractère : domestique et d’affaires.

Mokia Jeté en prison

sans avoir été jugé

            Pour sa part, l’infortuné Gabriel Mokia a eu le malheur de subir la rigueur d’une justice expéditive car victime des accusations à sa charge qui n’ont pas été clairement démontrées. La procédure de flagrance n’a pas suivi le cours normal, au moyen des actes probants. Il est jeté en prison alors qu’il a récupéré son immeuble.  Il est donc condamné avant d’avoir été jugé et de façon définitive.

            Or, en droit positif congolais, le droit de la défense est sacré. Il faut épuiser toutes les voies de recours ordinaire pour condamner définitivement quelqu’un. De même, le commissaire adjoint de la Police Nationale et général divisionnaire Sylvano Kasongo n’a toujours pas apporté les éléments probants de l’accusation de tentative de meurtre. Alors, de quelle infraction accuse-t-on l’acteur politique et homme d’affaires Gabriel Mokia ? Affaire à suivre.   F.M.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •