« Elan RDC » en campagne d’évaluation du climat des affaires

0
545

Dans sa mission d’améliorer le fonctionnement du secteur privé, ELAN RDC a organisé hier mercredi 27 avril 2016 à l’Hôtel Faden House, un atelier de vulgarisation de l’arrêté interministériel supprimant 38 taxes illégales dans les ports privés. Cette rencontre, réunissant des agents de l’Etat intervenant dans les ports et des représentants du secteur public, avait pour objectif de faire l’évaluation de la  mise en application de l’arrêté précité pris dans le secteur du transport fluvial et lacustre en RDC.

Pour rappel, cet arrêté interministériel interdit la perception de 38 taxes illégales dans les ports privés, soit parce qu’elles sont dépourvues de fondement légal, soit parce que, en dépit de leur légalité, elles sont redondantes avec d’autres perceptions. En vertu de cette décision gouvernementale, ces taxes ne peuvent, sous aucun prétexte, être réclamées aux exploitants (armateurs et commerçants navigants).

C’est dans ce cadre que « Elan RDC » a voulu susciter un dialogue entre les autorités et les tenanciers des ports sur cette problématique, afin d’évacuer  définitivement  les services non habilités à œuvrer dans les ports.

Selon Grégoire Poisson, représentant d’Elan RDC,  plus de 50 % des exportations se font en fraude. C’est pourquoi son institution plaide pour la baisse des taxes, dans le secteur, dans le but de favoriser plus d’exportations et de revenus au bénéfice de l’Etat congolais.

Par ailleurs, Il a fait savoir qu’Elan RDC avait procédé à la vulgarisation de cet arrêté avec beaucoup de succès à l’Equateur et l’espère autant pour la ville de Kinshasa. Louant cette initiative, Magloire Kabemba, ministre provincial de l’Agriculture et développement rural, a, au nom du gouverneur de la ville-province de Kinshasa empêché, indiqué que l’Hôtel de ville ensemble avec  les opérateurs du secteur, avaient mis en place au mois
de septembre de l’année passée, un mécanisme de guichet unique pour non seulement mettre fin aux tracasseries policières et administratives, mais aussi assurer la collecte des recettes urbaines autorisées générées par les ports fluviaux.

Il a assuré qu’il y a des avancées significatives depuis l’instauration de ce mécanisme qui permet, en effet, la canalisation des recettes vers les caisses de la ville et améliorer le climat des affaires dans ce secteur. « Le niveau de recettes a triplé et il y a de moins en moins de tracasseries…. Nous devons rappeler que la mise
sur pied du guichet unique faisait suite à un examen minutieux effectué sur le terrain. Nous avions élaboré d’abord une mercuriale qui reprenait pratiquement tous les produits en provenance des provinces. Nous avions regroupé toutes les taxes légales perçues au niveau des ports et nous avions essayé d’identifier les services non habilités à opérer dans les ports… », a expliqué Magloire Kabemba, en termes de contribution du gouvernement provincial dans l’assainissement de ce secteur.

Il a affirmé qu’avec le système de guichet unique, l’assujetti effectue le paiement de la taxe en rapport avec sa marchandise au niveau de la banque.  C’est cette dernière qui fait la répartition à différents services concernés.

Enfin, il a exhorté les participants à porter un regard critique sur ce mécanisme en y relevant les avancées et les faiblesses, avant de demander à l’assistance de privilégier un cadre de dialogue entre le secteur public et le

Il sied de noter qu’Elan RDC n’appuie pas seulement le secteur de
transport fluvial. Son action s’étend également à d’autres filières
agricoles telles que le riz, le café et tant d’autres. Bénéficiant des
financements de la Coopération britannique, la mise en œuvre d’Elan
RDC est assurée par l’organisation internationale  Adam Smith
international.

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •