Eglise Kimbanguiste : la veuve Kisolokele enterrée à Kimimi

0
560

mama_kulutuL’épouse de feu Charles Kisolokele Lukelo, fils aîné du Prophète Simon Kimbangu, « Sa Grandeur  Pauline Nsalulu-A-Kanda », a été conduite à sa dernière demeure, mercredi 5 mars au cimetière de Kimimi, à Kasangulu, dans la province du Bas-Congo.

C’est depuis le mardi 18 février que l’église kimbanguiste avait perdu l’un de ses « baobabs » communément appelé « Maman Kulutu ».  La veuve Kisolokele Lukelo Charles a été inhumée, le mercredi 05 mars 2014 à Kinimi, dans la cité de Kasangulu en présence de plusieurs personnalités et notables du Bas-Congo.

La disparition de « Sa Grandeur » Kisolokele intervenue juste après la célébration du centenaire de la naissance de son défunt mari, Charles Kisolokele Lukelo, « Dieu, Le Père » a causé de la peine aux Kimbanguistes.   

Née le 16 juin 1931 et décédée le 18 février 2014, cette servante de l’église kimbanguiste était une mère pour toute sa famille et son église. Biologiquement mère de neuf enfants, elle était « la mère de tous» et «une source de paix, de quiétude et gardienne du clan», étant donné qu’elle était l’épouse du premier fils du prophète Simon Kimbangu. Notons aussi qu’elle était restée la seule « maman » de la lignée de Simon Kimbangu depuis 2001, renseigne la famille.

Hommages mérités

            Pendant trois jours, les membres de l’église kimbanguiste ont passé la nuit à la belle étoile.

 C’est le lundi 03 mars 2014, autour de 17 heures que le cortège qui transportait la dépouille mortelle de «Maman Kulutu» accompagné de la fanfare kimbanguiste était arrivée sur l’avenue Mokoto n°87 dans la commune de Ngiri-Ngiri en provenance de la morgue de la Clinique Ngaliema.

 Comme de coutume kimbanguiste, les défilés, fanfares, chorales ont agrémenté ses journées de pleure, détresses, regrets, etc.

 La nuit du 04 mars et journée du 05 mars 2014 étaient consacrées aux derniers hommages. Plusieurs autorités ont pris part à cette cérémonie. On note la délégation des notables Ne Kongo conduite par l’honorable Kiakwama, des membres du gouvernement à l’instar du ministre de la Justice, les élus du peuple tels que Franck Diongo, etc.

«Un enterrement provisoire »

 Prenant la parole, son fils Simon Kisolokele Kimbangu avant la levée du corps, il a déclaré «…elle sera enterré à Kimimi provisoirement. Le moment venu, elle sera rapatriée à Nkamba. Car, elle ne cessait de dire toujours. Cultiver la paix, l’unité, l’amour et la cohésion entre vous, non pas parce qu’on vous le demande mais parce que, c’est une obligation, étant donné que vos pères vous ont laissée unis. C’était une demande quotidienne jusqu’aux dernières minutes de sa vie. Il a renchéri en disant, nous nous sommes battus pour l’unification, afin d’être ensemble. Que tout celui qui a contribué à cette démarche soit béni ».

Symbole de l’amour

 « Notre Mémé a été un symbole de l’amour, l’humilité d’humanisme sur terre », ont-ils déclaré dans leur mot. Ce n’est pas un adieu qu’ils lui ont adressé mais plutôt un au revoir, étant donné qu’elle détenait des valeurs intrinsèques énormes qu’ils ne pourront facilement oublier.

            L’église a remercié la présidence et le gouvernement pour leur assistance. Tous ceux qui ont vécu aux côtés de la défunte partagent le même avis avec les petits fils et autres. Rappelons que la défunte résidait en Europe, et elle n’était venue que pour célébrer le centenaire de son feu mari, le 12 février dernier.

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*