Ecoles : pas d’année blanche pour 2019-2020

0
209
En avant plan de droite à gauche en chemise verte un enseignt en conversation avec des élèves habillés en bleu blanc devant le batiment d'une école à Kinshasa Radio Okapi Ph John Bompengo

L’année scolaire 2019- 2020 ne sera pas « blanche » en République Démocratique du Congo, en dépit de la suspension des cours depuis plus d’un mois et de la prorogation de l’état d’urgence pour, dans un premier temps, une période de 15 jours, avec risque de « glissement » sans limitation. C’est la substance de la réunion présidée hier mardi 21 avril 2020, dans son cabinet de travail, par le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Willy Bakonga, avec la participation de son vice-ministre, Didier Budimbu, du Secrétaire général audit ministère, du Directeur national du Secope (Service de contrôle de la paie des enseignants), de plusieurs conseillers et directeurs.

On a appris que le temps déjà perdu et à perdre dans le cadre des mesures préventives de la propagation du coronavirus, notamment la fermeture des écoles, instituts supérieurs et universités, l’interdiction de rassemblements de plus de 20 personnes, le confinement partiel de certaines villes, serait minutieusement comptabilisé par des « experts » de l’ESPT, qui auraient déjà réfléchi aux options à lever, le moment venu, pour rattraper les heures de cours perdues et finir l’année scolaire 2019-2020 conformément aux normes.

            Parlant des enseignements diffusés par la RTNC (Télévision Nationale Congolaise), à travers l’émission « Classe télévisée », notamment à l’intention des finalistes de l’Examen d’Etat, le ministre de l’EPST a fait savoir qu’ils ne remplacent pas le programme des matières de l’année scolaire présentement en suspension. Il s’agit, peut-on dire, des séances de répétition destinées à entretenir l’esprit « école » chez les enfants. A la reprise des classes, les enseignants des cycles primaire comme secondaire vont reprendre les matières là où elles s’étaient arrêtées. Il n’y a donc pas lieu de paniquer, dans les chef des finalistes du secondaire comme de leurs parents.

            Rappelons que les cours sont suspendus, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo, depuis le 18 mars 2020, jour où le Chef de l’Etat, dans un message à la Nation, avait décrété l’état d’urgence et annoncé une panoplie de mesures d’urgence sanitaire visant l’arrêt de la chaine de transmission du Covid-19. Avec la prorogation de l’état d’urgence, élèves et étudiants restent en « vacances forcées », pour une période  minimale de 15 jours, susceptible d’être de nouveau prolongée.

                                                Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •