Echange des voeux à la Régideso S.A : l’amélioration de la desserte en eau potable passe par une prise de conscience collective

0
137

Le Conseil d’administration de la Régideso S.A a procédé à l’échange
des vœux avec le personnel de l’entreprise hier mercredi 30 janvier
2019 dans l’enceinte de la paroisse Notre Dame de Fatima, dans la
commune de la Gombe. Un seul message fort a été lancé aux agents et
cadres: une prise de conscience de tous sera salutaire pour un Congo
digne.
Yoko Yakembe, Président du Conseil d’Administrateur, qui a salué la
passation pacifique du pouvoir entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi
au niveau de la Présidence, a demandé aux agents et cadres de la
Régideso S.A faire leur part du travail pour l’émergence effective
d’un nouveau Congo. Cette année 2019, la Régideso totalisera 80 ans
d’existence. Mais, elle se comporte comme une société de l’ancienne
province de Léopoldville et de la province du Katanga, servant
principalement trois grandes villes. Il s’agit de Matadi, Kinshasa et
Lubumbashi.
Mais, le travail fait est très utile pour la population congolaise
qui ne se limite pas à l’ancienne province de Léopoldville, qui
comprenait le Kongo Central, le Bandundu et Kinshasa ou le Katanga. Il
y a d’autres provinces qui doivent être desservies.
Durant 80 ans, moins de 30% des Congolais ont bénéficié des services
de la Régideso. A ce rythme, il faut plusieurs siècles pour que la
distribution de l’eau potable atteigne un niveau respectable pour un
pays qui se veut une puissance hydrographique.  Et pourtant l’eau, les
moyens financiers, les techniciens existent pour bien distribuer cette
eau à travers toute la République.
Il a fait savoir que l’on peut changer pacifiquement et de manière
civilisée les chefs d’Etat, mais ce qu’il faut se mettre en tête est
que ce n’est pas à ce niveau là que se situe la gestion du pays. Pour
se développer, les agents et cadres de la Régideso S.A doivent
commencer par comprendre que c’est l’abondance qui permettra la
répartition équitable des richesses. «La répartition démocratique de
la pauvreté ne rendra service à personne».
Pour obtenir cette abondance, le PCA Yoko Yakembe a estimé que tout
le personnel doit se mettre d’accord qu’il faut produire beaucoup. Et
cette production en grande quantité passe par un investissement
rationnel qui doit être aussi géré de manière responsable. Chaque
année, la Régideso S.A n’enregistre pas un taux d’accroissement de la
desserte en eau potable. Ceci est dû au fait que la société se gère au
jour le jour et, est ignorante de ce qu’elle fera dans le futur. Pour
un développement harmonieux, tous les agents et cadres de la Régideso
doivent commencer par mieux se connaître, travailler comme des frères
et sœurs ayant une estime mutuelle. Que le meilleur, dans un secteur
déterminé, soit reconnu comme tel, sans tenir compte de ses origines
tribunales ou ethniques.
Clément Mubiayi Nkashama, Directeur Général de la Régideso S.A, qui a
commencé par féliciter Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour son
élection comme Président de la République et Joseph Kabila pour la
passation pacifique du pouvoir, a précisé que l’année 2018 a placé
l’homme au centre des actions   et était consacrée aussi à
l’amélioration du rendement réseau dont la détérioration était devenue
inquiétante. Cela étant, la brigade anti fraude  a été créée pour
remédier à la situation.
Pour ce qui est de l’année 2019, le Directeur Général Clément Mubiayi
Nkashama a précisé qu’il y a de nombreux défis à relever : la fin du
contrat de service et du projet PMU, le respect des mesures
conservatoires édictées par le ministère du Porte feuille et
renforcées actuellement par le cabinet du Président Félix Tshisekedi
Tshilombo ainsi que le départ massif des cadres de direction et autres
agents en retraite constituent, sans être exhaustifs, les principaux
obstacles que la Régideso doit surmonter en 2019. A ceux-ci s’ajoutent
l’insuffisance des ressources financières, le surendettement à court
terme, la mauvaise qualité des eaux brutes, le non paiement par l’Etat
de ses factures de consommation d’eau, la vétusté des équipements
ainsi que le vieillissement du personnel. Malgré toutes ces menaces et
faiblesses qui pèsent lourdement sur la Régideso, Clément Mubiayi a
indiqué qu’il y a obligation d’assurer la continuité du service public
de l’eau. Il faut signaler que c’est autour d’un verre que s’est
clôturée cette cérémonie.               Yves Kadima

  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •