Ebola : un médecin de l’OMS tué dans une attaque contre un hôpital à Butembo

0
94

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a condamné avec la dernière énergie la mort du  Dr Richard Valery Mouzoko Kiboung, épidémiologiste, mobilisé  par l’OMS pour faire face à l’épidémie d’Ebola en République Démocratique du Congo (RDC). Il  a été tué lors d’une attaque contre l’hôpital universitaire de Butembo, vendredi 19 avril 2019, Selon le communiqué de presse rendu publique après ce meurtre, Deux autres personnes ont été blessées dans cette attaque et  leur état semble être stable.

«Moi-même et toute l’OMS sommes profondément attristés par la perte de notre collègue et frère, le Dr Mouzoko. Il s’est mis en première ligne pour sauver les vies en République démocratique du Congo », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Toutes nos pensées sont avec sa famille et ses amis dans cette période très difficile.»

            Selon lui, cet évènement tragique est un rappel des risques que les agents de santé prennent chaque jour pour protéger la vie et la santé des autres. « Nous sommes scandalisés par cette attaque: les agents et les établissements de santé ne doivent jamais être une cible.  L’attaque a eu lieu lors d’une réunion de coordination tenue à l’hôpital à ce moment-là.   », s’est-il indigné.

            Tedros Adhanom Ghebreyesus a affirmé que l’équipe de l’OMS examine  actuellement la situation afin de garantir la sécurité de tous les patients, de tous les agents de santé et de tous les intervenants pour faire face à l’Ebola.  «En même temps, nous restons déterminés à continuer notre soutien au ministère de la Santé de la RDC pour mettre fin à cette épidémie le plus rapidement possible.»

De son coté,  Dr Oly ilunga, ministre de la Santé publique en RDC n’est pas resté indiffèrent face à ce drame. Dans son compte twiter,   il dit avoir appris avec  tristesse et consternation l’attaque des cliniques de l’UGG à Butembo. Il a loué les efforts consentis par les services de santé qui se battent corps et âmespour éradiquer cette maladie sur le sol congolais. «  Les agents de santé nationaux et internationaux font preuve d’un courage et d’une abnégation exceptionnels contre Ebola, parfois au prix de leur vie », a-t-il indiqué.

            Selon des témoins,  la victime  participait à la réunion d’une équipe anti-Ebola prise pour cible par un groupe rebelle. « Il présidait une réunion avec son équipe lorsque trois hommes armés ont fait irruption dans la salle et ont ouvert le feu sur les équipes », a détaillé le ministère de la Santé dans son bulletin quotidien vendredi soir.

            Signalons  que dans cette zone du Nord Kivu, la riposte anti-Ebola est compliquée par la présence de groupes armés, et par les « résistances » d’une partie de la population (déni de la maladie, refus de la prévention, des soins, des enterrements « dignes et sécurisés » conduits par la Croix rouge).

            Le nombre de décès et de cas avérés a nettement augmenté ces dernières semaines à Butembo et à Katwa, après de précédentes attaques contre les deux centres de traitement d’Ebola (CTE) de ces localités voisines. Douze personnes sont mortes pour la seule journée de jeudi, d’après le ministère de la Santé.        P.D

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •