Ebola dans la province du Nod-Kivu : aucun nouveau décès

0
92

La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 2
octobre 2018 :
Au total, 162 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la
région, dont 130 confirmés et 32 probables.
Sur les 130 confirmés, 74 sont décédés et 46 sont guéris.
17 cas suspects sont en cours d’investigation.
1 nouveau cas confirmé à Beni.
1 nouvelle personne guérie à Beni.
Aucun nouveau décès.

Remarques:
Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la
baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une
catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires
se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas
confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du
tableau.
La catégorie des cas probables reprend tous les décès notifiés pour
lesquels il n’a pas été possible d’obtenir des échantillons
biologiques pour confirmation au laboratoire. Les investigations
permettront de déterminer si ces décès sont liés ou non à l’épidémie.

Actualité de la riposte

Surveillance épidémiologique
Le cas confirmé de Komanda a finalement été transféré au Centre de
Traitement d’Ebola (CTE) de Beni pour une meilleure prise en charge.
Sa femme et son enfant ont été vaccinés et isolés dans le même CTE.

Vaccination
Les deux ceintures de vaccination à Bunia ont été fermées. La
vaccination se poursuit dans 6 ceintures réparties dans les zones de
santé de Beni, Tchomia, Komanda, et Mabalako.
Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 13.750 personnes
ont été vaccinées, dont 4.375 à Beni, 4.254 à Mabalako, 1.632 à
Mandima, 1.283 à Katwa, 944 à Butembo, 307 à Bunia, 307 à Tchomia, 270
à Masereka, 192 à Komanda, 121 à Oicha et 65 à Kinshasa (personnel
médical à déployer).
Le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, Julien Paluku, vient de
rejoindre la longue liste des leaders locaux et provinciaux qui ont
accepté de se faire vacciner contre Ebola pour sensibiliser la
population. Neuf députés provinciaux du Nord-Kivu se sont également
fait vacciner à Butembo ce mercredi 3 octobre 2018. La presse locale
avait été invitée ce qui leur a permis de diffuser largement les
messages de sensibilisation.
Le vaccin contre Ebola reste le moyen le plus efficace pour protéger
de façon préventive les personnes à risque. Malheureusement, à cause
des rumeurs et de la désinformation, quelques personnes à risque
continuent de se méfier du vaccin. Ainsi, l’implication des leaders
locaux qui montrent l’exemple est importante pour déconstruire les
idées reçues.
L’efficacité du vaccin est optimale lorsqu’il est administré les
premières 48 heures après l’exposition à un cas confirmé. Si le vaccin
est administré en retard et que la personne est déjà à un stade avancé
de la période d’incubation de 21 jours, le risque de développer la
maladie, même après la vaccination, est toujours présent. D’où
l’importance pour les personnes à risque de se faire vacciner tôt et
de respecter les jours de suivi par les équipes de vaccination.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •