Ebola : le ministère de la Santé publique condamne l’incendie du CTE de Katwa

0
65

Dans un communiqué de presse rendu public le 25 février 2019, dont une copie est parvenue au Journal Le Phare, le ministre de la Santé publique, le Dr Oly Ilunga Kalenga a vivement condamné l’attaque et l’incendie du Centre de Traitement Ebola (CTE) de Katwa. Ce sinistre  a paralysé les activités de riposte contre la 10 ième épidémie de la maladie à virus Ebola, au niveau de la zone de santé de Katwa, situé précisément dans la ville de Butembo au Nord-Kivu.

            A en croire le ministre Oly Ilunga, il est inacceptable que des personnes normales puissent s’attaquer aux agents de santé en tant que membres d’une même communauté et des malades qui sont déjà affaiblis par la maladie. Il est regrettable de constater, a-t-il déploré,  que depuis plusieurs semaines, le nombre des malades et des morts ne fait qu’augmenter à Katwa.

            Selon le titulaire de la Santé publique, depuis le dimanche 24 février, la zone de santé de Katwa est devenue la plus affectée de la région par cette épidémie d’Ebola avec au moins un total de 239 cas, dont 182 décès. Katwa a dépassé l’épicentre de Mangina et est devenu le premier foyer difficile de Beni.

            Dr Oly Ilunga a d’autre part, regretté l’attitude d’une frange de la population qui méprise l’investissement, aussi bien en ressources humaines que financières, disponibilisé par le gouvernement pour mettre fin à cette épidémie.

            En outre, il a renseigné que dans toutes les épidémies d’Ebola, les financements de la riposte contribuent également à mieux renforcer le système de santé en vue d’améliorer la qualité des soins vis-à-vis de la population. Grave est de constater que ce genre des comportements criminels et inciviques affaiblissent de nouveau notre système de santé au détriment de la population elle-même.

            Toutefois, il a loué le courage des agents de santé qui continuent à rester aux côtés des malades durant toute la nuit et pendant les évacuations en dépit des risques combien importants. Il a prévenu  que le ministère de la Santé publique n’acceptera pas que les agents de santé puissent continuer à être des victimes, car il tient encore à la vie des agents de santé, puisque leur mission est de protéger le pays contre ce fléau.

            Toutefois, il a précisé qu’au cours de six derniers mois, des avancées significatives ont été enregistrées dans le cadre de cette riposte, ajoutant qu’il serait tragique de voir tous ces efforts anéantis et l’épidémie se propager à travers le pays, à cause de groupes d’inciviques animés de mauvaises intentions.

Melba Muzola

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •