Du 9 au 14 mars au Ghana :la quatrième révolution industrielle au cœur des échanges de la réunion du comité technique spécialisé

0
86

C’est à l’initiative de la Commission de l’Union Africaine (CUA), à
travers son département des Affaires économiques, qu’une réunion  sur
les Comités techniques spécialisés (CTS),de cette institution  sur les
finances, les affaires monétaires, la planification économique et
l’intégration aura lieu du 9 au 14 mars 2020, à Accra, au Ghana.

        Il s’agit de  la principale conférence des ministres africains
responsables des finances, de l’économie, de la planification, de
l’intégration et du développement économique, et des gouverneurs des
banques centrales, dont le but est de discuter des questions relatives
au développement de l’Afrique.
        Il faut aussi souligner que ce forum sera chargé de faire le suivi
de la mise en œuvre du programme d’intégration pour le continent.
Organisé sous le thème : «Tirer parti de la 4e révolution industrielle
pour lutter contre le chômage des jeunes en Afrique». Ce forum
s’inscrit dans la droite ligne  de l’Agenda 2063 de l’Afrique, en
particulier «Aspiration 1», qui vise une Afrique prospère basée sur
une croissance inclusive et un développement durable.
        Il sied de souligner que  la 4ème révolution industrielle (4IR),
apporte l’espoir d’une nouvelle ère pour la transformation et la
prospérité de l’Afrique, car elle change la manière de vivre, penser,
travailler  grâce aux progrès rapides de la technologie numérique, de
nouveaux matériaux, en particulier la robotique avancée,
l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique.
        Cette révolution  vise aussi sur la transition vers de nouveaux
systèmes, construits sur l’évolution numérique.
        Cette  «4IR» aura pour objectif de permettre  aux entreprises et aux
organisations de bénéficier des gains d’efficacité sur leurs lieux de
travail. On estime que l’adoption plus rapide de la technologie
numérique permettra aux entreprises et aux organisations de travailler
plus intelligemment et plus rapidement, ce qui entraînera des gains de
valeur pour les clients et les utilisateurs.
        Toutefois, les décideurs africains doivent s’assurer que la «4IR»,
offre des opportunités associées à une population jeune et aux
dividendes démographiques attendus. Pour ce faire, lier ces
opportunités dans une région qui s’urbanise plus rapidement que toute
autre devrait être un impératif stratégique. On estime qu’en 2050,
l’Afrique comptera 830 millions de jeunes.
         Par conséquent, exploiter avec succès leur potentiel soutiendra des
innovations à large assise, une productivité accrue et conduira à une
croissance économique inclusive et durable dans la région.
        Par ailleurs,cette édition 2020  va avoir comme objectif d’explorer
l’impact de la «4IR» sur l’Afrique et la participation des jeunes
africains à l’avenir du marché du travail, compte tenu de la dynamique
changeante. Il délibérera sur la manière dont les dirigeants africains
et les décideurs politiques peuvent exploiter l’impact de la 4
Révolution industrielle pour créer une société inclusive tournée vers
l’avenir visant à réduire le chômage des jeunes africains. Cela
comprendra l’évaluation de la préparation du continent à absorber les
chocs de la «4ème vague», afin de saisir les opportunités de l’ère
numérique.
        Aussi, Il identifiera également les moteurs du changement et leurs
conséquences probables au cours du prochain demi-siècle, et proposera
des choix politiques qui permettront à l’Afrique de réaliser son
potentiel dans les années à venir. Ce forum constituera aussi un ajout
 à la faible base de connaissances sur ce sujet pour l’Afrique et
reflètera les dernières données probantes des rapports de premier plan
tels que Africa’s Development Dynamics, dont l’édition 2020 se
concentrerait sur les réponses politiques nécessaires pour un meilleur
«avenir du travail» en Afrique ainsi que  le processus de changement
technologique, démographique, transition urbaine et verte.

Melba Muzola

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •