Dscrp : les cadres provinciaux à l’école de la rationalité budgétaire

0
59

Robert Anzolanu Mavema, ministre provincial du Plan, Budget, Travaux publics et Infrastructures de la ville de Kinshasa, a procédé mercredi 7 avril dans la salle de conférences de Caritas développement Congo, à l’ouverture de l’Atelier sur le cadrage macroéconomique et le  cadre des dépenses à moyen terme (Cdmt).

En substance,  pendant trois jours, du 7 au 10, ce séminaire organisé avec  le concours du Pnud et de  la Banque mondiale sous l’autorité  du ministère du Plan, entre dans la droite ligne du Dscrp (Document de stratégies et de croissance pour la réduction de la pauvreté). Il vise à outiller les cadres provinciaux, en méthodes et techniques nécessaires dans l’élaboration des budgets réalistes. Cela,  afin de leur permettre de  passer d’une  gestion empirique des finances publiques vers une gestion plus scientifique et plus rationnelle.   

 

A terme, ces connaissances pourront faciliter un transfert des méthodes développées sur les Cmdt  sectoriels avec la mise en place d’une structure institutionnelle qui jouera le rôle du Secrétariat technique du comité provincial de cadrage macro et Cdmt qui soit à même d’élaborer et de pérenniser ces deux instruments en province. Mais aussi permettre d’accompagner les provinces dans la bonne maitrise progressive de leurs compétences en vue du mieux-être de leurs populations respectives.

Trois  résultats sont  attendus de la part des séminaristes. Il y a entre autres, la maitrise des méthodes du PIB et les autres comptes macroéconomiques provinciaux 2006-2011 et leur application par les secrétariats techniques provinciaux ; la compréhension des méthodes de projection des ressources budgétaires et les comptes macroéconomiques provinciaux pour le moyen terme et leur application par  les secrétariats techniques provinciaux et l’assimilation des méthodes d’élaboration du Cmdt provincial sectoriel et son application par les secrétariats techniques provinciaux.

En effet, le Cdmt comme instrument permet de traduire les différents plans en programmes de dépenses pluriannuelles, tandis que le cadre macroéconomique quant à lui permet de déterminer et de projeter les enveloppes des ressources potentiellement  disponibles en fonction de l’activité économique réelle.  

Dans son allocution, Robert Anzolanu Mavema, a justifié la tenue de présentes assises par le fait que le renforcement de capacités des experts et ministres provinciaux en instruments modernes de gestion publique sont indispensables pour aider les autorités provinciales à mieux assumer leurs responsabilités grandissantes en matière de développement. Cela,  a-t-il précisé, tout en s’inscrivant dans le cadre de la politique nationale de décentralisation. Pour  Robert Anzolanu Mavema, l’absence de ces méthodes scientifiques avaient fait défaut dans l’élaboration et l’exécution de la plupart de plans de développement ainsi que des budgets des provinces depuis leur installation.

Pour cause, a reconnu le ministre provincial, car bien qu’ayant été investis sur base des programmes de développement intégrant les priorités de chaque province, les gouvernements provinciaux ont été confrontés dans la mise en œuvre de ceux-ci à plusieurs difficultés. Notamment, l’absence d’un cadre de dépenses pluriannuelles ainsi que par l’indisponibilité des statistiques sur les ressources provinciales qui n’a pas favorisé une évaluation des ressources potentielles, a-t-il affirmé.  Bref, Robert Anzolanu Mavema s’est dit satisfait du fait que ces instruments vont permettre de rompre avec les méthodes anciennes d’élaboration des prévisions budgétaires. Ensuite se situant dans le sillage de la réforme de la loi organique relative aux finances,  permettre d’appréhender les programmes respectifs en les alignant de manière plus cohérente dans leurs tranches annuelles.   

        A.Vungbo

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*