Dossier Katumbi : le G7 troublé par les menaces de Thambwe Mwamba

0
349

moiseKatumbiTrès remarqué il y a quelques semaines dans le dossier des présumés mercenaires recrutés par Moïse Katumbi en vue de déstabiliser les institutions nationales, encore en souffrance au niveau du Parquet général de la République, le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, vient de secouer de nouveau le microcosme politique congolais. En effet, intervenant hier sur RFI, il a menacé d’arrestation immédiate l’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga s’il revenait à Kinshasa ce mercredi 27 juillet 2016, dans le même avion qu’Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS.

En réaction à ces propos, sa famille politique, le G7, dans une déclaration rendue publique hier sous la signature de son président, Charles Mwando Nsimba, s’interroge sur l’immixtion de ce membre du gouvernement dans un dossier relevant exclusivement de la compétence des magistrats. Pour les compagnons de lutte de Moïse Katumbi, pareille attitude constitue un mauvais signal pour l’avènement d’un Etat de droit dans notre pays. Ci-dessous, le texte intégral de la prise de position du G7 :

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU G7

  1. Le G7 a suivi, ce lundi 25 juillet 2016 , le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux affirmer publiquement que Monsieur Moise KATUMBI CHAPWE serait immédiatement mis aux arrêts dès son retour au pays, au motif que le fameux jugement entrepris aurait décrété son arrestation immédiate;
  2. Le G 7 se pose légitimement la question sur la compétence d’un Ministre de la Justice en la matière, d’autant plus qu’il n’est compté nulle part dans les rangs des services d’exécution des décisions judiciaires;
  3. Le G7 n’entend pas évoquer ici les péripéties qui ont émaillé cette justice à double vitesse, mais, fustige cependant cette attitude du Ministre qui frise, si pas l’incompétence ou la légèreté avec laquelle la Justice de notre pays est gérée, mais son ignorance inavouée des règles du droit positif congolais;
  4. Le G7 rappelle à l’opinion en général et au Ministre de la Justice en particulier la quintessence de la Circulaire 003/D08/IM/PGR/2005 du 05 décembre 2005 relative à l’exécution ABUSIVE de la mesure d’arrestation immédiate dans laquelle in tempore non suspecto, le détenteur de l’action publique écrit ce qui suit aux exécutants des décisions judiciaires comme celle décriée: « En conséquence, je vous instruis de ne. plus, dès réception de la présente circulaire, exécuter les mesures d’arrestation immédiate ordonnées par des jugements par défaut frappés d’opposition».
  5. Le G7 rappelle ici que le jugement décrié a été rendu par défaut et se trouve frappé d’opposition. Et donc, ceci étant clairement compris, rien sur le plan du droit ne peut à ce jour, sauf acharnement de mauvaise foi sur la personne de Moise KATUMBI, justifier son arrestation à son retour dans le pays;
  6. Le G 7 saisit également cette opportunité pour saluer le courage patriotique et le sens de responsabilité des jeunes de la LUCHA qui ont refusé de bénéficier d’une mesure de grâce présidentielle qui couvrirait d’un voile pudique, une justice télécommandée au préjudice de leurs droits fondamentaux. Ne dit-on pas que mieux vaut souffrir dans la dignité plutôt que vivre dans la honte et le mépris de soi!
  7. Le G7 veut ici rappeler les péripéties sur les 600 mercenaires tapageusement évoquées par le Ministre de la Justice -et à quel titre -péripéties dont on rirait, si elles n’avaient malheureusement conduit en prison des citoyens qui y croupissent encore alors que le sujet étranger initialement impliqué se trouve en liberté chez lui;
  8. Que l’opinion se rassure: malgré les menaces et les intimidations, Moise KATUMBI CHAPWE rentrera dans son pays et y exercera tous ses droits civiques.
  9. Au regard de ce qui précède, et soucieux de bâtir un Etat de droit, le G 7 s’attend à une application non sélective de la règle du droit positif à tous les Congolais épris de paix et respectueux des valeurs républicaines;

Fait à Kinshasa, le 25 juillet 2016

 

Pour le G7

Charles Mwando

Nsimba Président

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •