Dossier des Congolais expulsés d’Angola : Kinshasa menace de saisir les instances internationales

3
184

Initialement prévu le mardi  16 octobre 2018, le point de presse du
Vice Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et
coopération régionale, Léonard She Okitundu, en rapport avec la
situation des expulsés congolais de l’Angola s’est tenu hier mercredi
17 octobre au Salon Rouge de son ministère.
Face à la presse, Léonard She Okitundu a déploré le comportement
affiché par la République d’Angola. Selon lui, aucune règle
internationale en la matière n’est respectée. Et, la RDC usera de tous
les moyens diplomatiques pour mettre fin à cette situation. Si cela
persiste,  elle se réserve le droit de saisir les instances
internationales afin que justice soit faite. Il n’est pas question
pour la RDC de tomber dans le piège du principe de la réciprocité.
Car, il s’agit d’une question humanitaire et non diplomatique.
Et, la RDC n’a pas attendu qu’un pays voisin expulse ses
ressortissants pour riposter. De manière régulière et conformément aux
normes requises, le ministère de l’intérieur procède à cette
opération. Mais, ce qui est en train d’être fait par l’Angola démontre
que ce pays est passé à la vitesse supérieure. Et pourtant, il y a
d’autres méthodes à utiliser et  c’est en dernier ressort qu’un pays
peut opter pour des expulsions massives.
Cependant le vice premier ministre et ministre des Affaires étrangères
et Coopération régionale a mis en garde tous les pays qui se livrent à
cette pratique envers les Congolais. Il ne pense pas que ce soit là un
complot contre la RDC. Si tel est le cas, la RDC est suffisamment
outillée politiquement et militairement pour  réagir. Il a toutefois
annoncé la descente très prochainement d’une délégation
gouvernementale au niveau de la frontière avec l’Angola pour
identifier tous les expulsés car, c’est en amont que cette opération
devrait se faire. Et, comme elle n’a pas été faite, la RDC le ferra en
aval.
Yves Kadima
DECLARATION DU VICE-PREMIER MINISTRE AUX AFFAIRES ETRANGERES
Chers amis de la presse,
Ma communication de ce jour portera essentiellement sur un point à
savoir les expulsions massives de nos compatriotes de la République
d’Angola.
1. Comme vous le savez pertinemment, sous la présidence du Président
de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Joseph Kabila
Kabange, la dix-huitième Réunion Extraordinaire du Conseil des
Ministres qui s’est tenue à l’Immeuble du Gouvernement de
Kinshasa-Gombe ce Mardi 16 octobre 2018 a condamné les violations des
droits humains et les pertes en vies humaines provoqués lors de ces
expulsions effectuées au mépris des règles du droit humanitaire, des
conventions internationales pertinentes en la matière dont le Pacte
international relatif aux droits civils et politiques et la Charte
Africaine des droits et des peuples ainsi que les accords bilatéraux
et sous-régionaux notamment la Convention sur l’Etablissement et la
Circulation des Personnes et des biens, signée à Luanda le 03 décembre
1999 ;
2. J’ai donc convoqué ce jour l’Ambassadeur de la République d’Angola
qui est malheureusement absent de Kinshasa. J’ai donc transmis par
voie officielle de note verbale, l’indignation et les vives
protestations du Gouvernement de la République conformément aux us et
coutumes diplomatiques;
3. Tout en reconnaissant à la République d’Angola son droit à expulser
des étrangers résidant sur son territoire conformément à ses lois
nationales, j’ ai fait part dans cette note de la dénonciation et la
condamnation de la manière la plus véhémente de ce modus operandi
d’expulsion aux antipodes des valeurs africaines de fraternité,
d’accueil et d’assistance mutuelle prônées par les pères de
l’indépendance qui du reste s’éloigne des efforts continentaux
d’intégration régionale impliquant la libre circulation des biens et
des personnes conformément à l’Agenda 2063 ;
1. A cet égard, il importe de relever que toute mesure de reconduite à
la frontière nécessite impérativement une information préalable des
autorités du pays d’origine et partant l’identification effective des
personnes concernées. Le Gouvernement déplore que cela n’ait pas été
le cas en l’espèce et tient à rappeler au Gouvernement de la
République soeur d’Angola, qu’en son temps, la• République
Démocratique du Congo avait offert l’hospitalité à ses frères et
soeurs angolais victimes des affres de la colonisation et des
différentes guerres qui ont émaillé son histoire;
2. Fidèle à sa tradition de terre hospitalière, des milliers
d’Angolais ont choisi la République Démocratique du Congo comme pays
de résidence. Ils y vivent allègrement et en toute dignité;
3. Présidente de la Troïka Politique, Sécurité et Défense; de la SADC
dans un passé récent, structure dont elle est toujours membre, la
République d’Angola a suivi de près l’évolution de la situation
politique notamment le processus électoral actuellement en phase
finale et la situation sécuritaire et humanitaire désormais stabilisée
dans les provinces du Kasaï après l’éradication du phénomène
terroriste Kamuina Nsapu. Ainsi, l’opportunité d’une telle action
d’expulsion massive de nos ressortissants en ce moment pose un
questionnement sur les motivations prônées des autorités angolaises;
.
1. Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo invite
instamment le Gouvernement de la République d’Angola à se ressaisir et
à diligenter des enquêtes approfondies pour établir les
responsabilités de ces actes condamnables;
2. Soucieux de préserver la paix dans la sous-région et de respecter
le principe de règlement consensuel des conflits, édicté par l’Union
Africaine, le Gouvernement de la République invite le Gouvernement de
la République d’Angola à revenir à l’usage des canaux diplomatiques
traditionnels afin de convenir d’une solution idoine devant mettre fin
à ces pratiques indignes qui ne reflètent pas l’excellence des
relations qui unissent fort heureusement et depuis longtemps les deux
pays frères;
3. A défaut, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo se
verrait dans l’obligation de saisir les instances internationales
compétentes.

Fait à Kinshasa,
le 17 octobre 2018

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 Commentaires

  1. Gouvernement congolais doit agir tres vites vites jusqu’a maintenant les citoyens congolais sont tres menaces memes a la capital de luanda chaques jours..il ya pas des tranquilites..ministre des affaires etrangers doit agir en urgence pour valorises sont peuples rapidement a l’angola / luanda..si non domage et plus danger a la pronchaines heures…

  2. En lieu et place de pleurer auprès des occidentaux ou autres, ns devons trouver également des mesures pour faire de même, c’est simple. Nous devons être une nation forte et respectée, svp

Comments are closed.