Dixième Journée Africaine de l’Alimentation et de la Sécurité nutritionnelle : stratégies africaines contre la famine

0
49

C’est sous le thème principal intitulé «Nécessité d’investir dans les
nouvelles technologies agricoles pour mieux améliorer les régimes
alimentaires africains « qu’a été célébrée la Dixième Journée
Africaine de l’Alimentation et de la Sécurité Nutritionnelle, du 29 au
30 octobre 2019 au Caire, en République Arabe d Egypte. Cette
conférence était organisée par l’Union Africaine à travers son
département de l’Economie rurale et de l’Agriculture, en collaboration
avec l’Agence du développement du Nepad, la République Arabe d’Egypte,
le PAM, la FAO, le CGIAR (Research Program on Agriculture for
Nutrition and Health) et Harvest Plus.

        Tenue au Triumph Luxury Hotel Monaco Hall du Caire, elle avait pour
but de permettre aux ministres en charge de l’agriculture et aux
experts d’échanger leurs vues autour de la famine et de voir comment
éradiquer ce fléau en Afrique.
        A l’ouverture, on a enregistré la présence de Dr Richard Dictus,
Représentant permanent des Nations Unies, de Dr Simplice Nouala Fonkou
Head of Agriculture and Food Security au département de l’Economie
Rurale et Agriculture (DREA), de la ministre gambienne de
l’Agriculture, Musa M.Humma et de son compatriote de l’Education
secondaire de base, du ministre de  l’Agriculture et de Terres
d’Egypte, Dr Ezzaldin Abousteit, de la Représentante de l’IFAD au
Caire, etc.
        Prenant la parole pour la circonstance, la Représentante de l’IFAD a
indiqué qu’un tel forum constitue une belle opportunité pour mieux
cerner les systèmes de production en Afrique, en dépit de nombreux
défis auxquels est confronté le secteur agricole, dont celui du
changement climatique.
        Elle a signalé que l’état de la sécurité alimentaire au niveau
continental et mondial ne fait que se dégrader avec plus de 10
millions de personnes frappées par la famine. Par ailleurs, la
pauvreté s’est accrue dans au moins 20 pays, avec comme conséquences
les migrations, l’instabilité financière, etc.
        Pour sa part, la Représentante de l’IFAD au Caire a rappelé que son
organisation a déjà investi au moins un milliard de dollars américains
dans le secteur agricole, avec pour preuve, la modification des terres
au niveau de la vallée du Nil, le renforcement des capacités des
hommes et des femmes à travers 14 programmes en Egypte, l’introduction
des financements en faveur des PME, etc.
        Quant à la ministre de l’Agriculture de Gambie, elle a relevé le fait
que le continent africain reste confronté à plusieurs défis en matière
de sécurité alimentaire et nutritionnelle. D’où, il faut faire appel à
des technologies de pointe pour améliorer les systèmes de culture et
réduire les pertes après les récoltes. Elle a recommandé une étroite
collaboration entre les organisations paysannes pour des stratégies
pour l’amélioration des rendements et la commercialisation de leurs
produits.
        Dr Simplice Nouala a souligné que l’amélioration de la technologie ne
pourrait aboutir aux résultats escomptés que si l’on arrive à mieux
encadrer les fermiers et à renforcer les mécanismes de réduction des
coûts d’exploitation agricole.
        Il a révélé que la Commission de l’Union Africaine travaille déjà
avec tous les centres de recherche pour adopter un agenda qui vise à
améliorer leurs capacités.
        Au nom du président de la République Arabe d’Egypte, Abdel Fatah al
Sisi, son ministre de l’Agriculture, Dr Ezzaldin Abousteit, a rappelé
la nécessité de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle en
Afrique, conformément à la déclaration de Malabo et aux résolutions de
la Deuxième conférence sur le changement climatique tenue au Maroc. Il
a insisté sur le développement des aptitudes humaines et
institutionnelles, l’usage des graines améliorées, la disponibilité
des crédits agricoles, l’adaptation au changement climatique, les
techniques modernes d’irrigation pour mieux gérer l’eau, l’exportation
des produits agricoles et la promotion du commerce intra africain,
etc.
Melba Muzola, envoyée spéciale au Caire

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •