Dix jours après la lapidation du cortège présidentiel : le marché « Comet » rouvert

0
41

Vendeurs et vendeuses du marché « Comet » ainsi que les exploitants des maisons de communication, salons de coiffure, garages, restaurants de fortune dits « malewa », bureaux ambulants de change…, dans la commune de Lingwala, ont retrouvé le sourire depuis le lundi 11 octobre 2010. C’est à cette date en effet qu’ils ont été autorisés à reprendre leurs activités. La décision leur a été communiquée par un officier supérieur mandaté par le général Oleko, responsable de l’Inspection Provinciale de la Police pour la ville de Kinshasa, qui a par la même occasion demandé aux policiers chargés d’empêcher toute activité marchande depuis l’incident de la lapidation du cortège présidentiel par feu Armand Tungulu, de quitter les lieux.

            A en croire les habitués du marché « Comet », un mémorandum était déposé, par leurs délégués syndicaux, auprès de l’Inspection provinciale de la Police pour la ville de Kinshasa, aux fins d’être fixés sur les causes réelles de la fermeture de leur gagne-pain et ses répercussions négatives sur leur vécu quotidien. Cette démarche était dictée par le flou entourant la décision verbale attribuée au commandant du District de la police de la Lukunga, selon laquelle le marché « Comet » devait rester fermé pour une durée indéterminée, pour des raisons de sécurité.

            Le flou était accentué par la bourgmestre de la commune de Lingwala, qui ne savait ni justifier, ni identifié l’autorité civile ou militaire ayant décidé de réduire au chômage des centaines de débrouillards vivant autour de cette place marchande. Pour toute réponse à la requête de ses administrés, elle leur avait enjoint d’intégrer le marché de Rail, ce qui avait paru, aux yeux  des pères et mères de familles ainsi que des jeunes opérant au marché « Comet » comme une façon de les condamner froidement à une mort lente.

                                               Simbungu Lumingu Eddy (stagiaire/UCC)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*