Diomi fêté par l’UDPS et ses alliés

0
271

Eugène Diomi Ndongala, libre depuis environ deux semaines, grâce à une libération conditionnelle intervenue dans le cadre de la décrispation du climat politique par le Chef de l’Etat, après avoir passé six ans à la Prison Centrale de Makala, était à l’honneur hier mercredi 03 avril 2019 au Centre Interdiocésain de Kinshasa, dans la commune de la Gombe. Ses compagnons de lutte, regroupés au sein de l’UDPS et ses alliés, ont organisé une réception en son honneur dans ce cadre fort symbolique, pour avoir abrité, de novembre à décembre 2016, le Dialogue dit de la Saint Sylvestre entre les forces politiques et sociales présentes au Dialogue de la Cité de l’Union Africaine (septembre-octobre 2016) et celles qui en étaient exclues.

            A cette occasion, Christophe Ngoy, ancien pensionnaire de la Prison de Makala comme lui, et activiste des droits de l’homme sous le label de l’ancienne opposition actuellement au pouvoir, a souligné, dans son mot de circonstance, la constance de Diomi Ndongala, président de la DC (Démocratie Chrétienne), dans la lutte pour l’émergence de l’Etat de droit et le changement de gouvernance au sommet de l’Etat congolais. Ci-dessous, l’hommage qu’il a tenu à rendre à ce combattant de la liberté.

Message de Christopher Ngoy

Mesdames et Messieurs,

M. le Président Eugène Diomi Ndongala,

Chers amis de la presse,

            C’est avec grande joie que nous nous retrouvons dans ce cadre pour célébrer la victoire d’un combat pour la démocratie, qui me rappelle des moments très durs notamment d’emprisonnement et je me remémore quand, chaque fois, avec mon ami et frère Eugène Diomi Ndongala, nous parlions de l’avenir du Congo qui nous apparaissait très sombre

            Néanmoins, en homme de conviction, Eugène Diomi Ndongala avait toujours cru et croyait en l’avenir d’une vraie démocratie en RDC, pour laquelle il a lutté sans peur, faisant face aux moments les plus atroces moralement et physiquement, en tant que acteur politique mais aussi père de famille; sa lutte a toujours été celle pour la vérité et la justice ainsi que la défense des droits civils et politiques du peuple congolais.

            Ce n’est pas facile chers amis, d’être forcé à habiter dans un endroit où parfois le matin on vous empêche de vous déplacer pour cacher les morts qu’ on évacue, ceux qui n’ont pas survécu aux mouroirs congolais dits « prison » dont, en tête de liste, la prison centrale de Makala.

            C’est pourquoi je considère notre réception comme un soutien moral pour celui que nous avons reçu et honoré aujourd hui et à qui je vais particulièrement m’adresser.

« Cher ami Eugène Diomi Ndongala, sent-toi libre de tout et en tout car, tu as résisté face aux intoxication de ceux qui n’avaient jamais cru en l’avènement de la démocratie à laquelle toi tu as toujours cru et pour laquelle tu as lutté, même au péril de ta vie. Ils sont confus avec tout ce qu’ils ont tenté de monter contre toi, pour tenter de te neutraliser politiquement. Sache que nous croyons en toi et en ton combat et avec nous, le peuple congolais y croit aussi ».

            Je vais aussi m’adresser à mes amis qui veulent aujourd’hui que nous puissions composer ensemble:

            «Chers Messieurs, vous devez commencer par quitter vos anciennes méthodes et venir au camp du changement qui est le camp du peuple ».

Je dois finir par remercier le chef de l’État, son Excellence Félix Antoine Tshisekedi qui nous a permis de vivre ce moment de rêve avec nos héros enfin libres, bien que d’autres parfois inconnus, sont décédé sous le coup de l’intolérance et à cause du combat pour la démocratie; puisque ce combat a été une véritable guerre, très longue et populaire.

Je vous remercie

Christopher Ngoy,

Ancien prisonnier

politique,

Société civile de la RDC

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •