Déverrouiller les véhicules : un jeu d’enfant pour Guelord !

0
219

Même avec la présence de surveillants et autres agents de sociétés de gardiennage, les parkings des supermarchés ne sont plus sécurisants.

Et pour cause ! Des vols s’y commettent du matin au soir, sans que l’on sache qui en sont les auteurs.

Finalement, l’ennemi public des parkings a été enfin identifié et neutralisé. Il s’agit de Guelord Diasiwa, domicilié sur avenue Kulumba n° 224, commune de Bumbu.  Alors qu’il avait géré à sa guise les 99 jours lui reconnus par la Bible, être un seul jour du mois de
septembre 2017 a sonné le glas pour ce malfaiteur déguisé en gardien des parkings.

Supermarché Galaxy sur avenue 24 novembre, à Lingwala, vendredi 8
septembre. Gesticulant comme un élément de la PCR, a guidé un
automobiliste à se garer. Il était 18 heures. Le chauffeur touché par
la serviabilité du jeune homme, a promis de le revoir après les
achats. Consigne lui laissée : « Petit, garde bien mon véhicule ! »
Oscar Nsaraza, le propriétaire, referme les portières de son engin. Il
n’a pas remarqué la manœuvre du jeune homme qui aouvert malignement
l’une des portières et l’a laissée entrouverte.
Après avoir accompagné Nsaraza jusqu’aux portes coulissantes de
Galaxy et rassuré qu’il ne ressortirait pas de sitôt, il est rentré au
parking. Guelord était convaincu que ses gestes suspects n’étaient pas
suivis par des témoins oculaires gênants. Il a glissé vers la voiture
de Oscar est sorti quatre ordinateurs portables et pour bonus de ce
butin, une carte bancaire de sa victime. La portière soigneusement
refermée, le malfaiteur a disparu du parking.
Au retour, Nsaraza a retrouvé son engin sans rien suspecter. Des
jours plus, il a constaté que les quatre ordinateurs portables étaient
volés, ainsi que sa carte bancaire contenant quelques provisions. Il a
signalé le vol à son banquier et acquis une nouvelle carte.
Malheureusement pour lui, on a vidé toute sa provision: un montant de
1.800 dollars. Plainte en bonne et due forme à la police, les
recherches ont démarré avec deux questions auxquelles les policiers
devaient répondre. Qui a volé les quatre ordinateurs et la carte
bancaire ? Sans connaître le code secret que seul détient le
propriétaire de la carte bancaire, comment le voleur a-t-il pu accéder
à ce compte et pu tirer des fonds ?
L’énigme sera résolue quand un voleur, spécialiste de parkings, a été
appréhendé. Guelord Diasiwa, l’homme que l’on traquait depuis des
mois, va dévoiler ses modes opératoires aux policiers. Ces derniers
n’en revenaient pas quand le malfrat.           «J’ai deux modes opératoires»,
dira-t-il sans se gêner. «Pour le premier, a avoué ce malfaiteur, je
m’approche du véhicule ciblé et laisse entrouverte l’une des
portières, avant d’ajouter que cela lui permet d’accéder à bord sans
casse Le coup terminé, il disparaît aussitôt sans traces. Pour le
second modus operandi, Guelord Diasiwa utilise de fausses clés de
contact qui déverrouillent les portières.

Il se rapproche d’une voisine du quartier et lui monte un coup

Femme d’affaires très ouverte, Zamba Palaba mène une existence
paisible, dépourvue de problèmes. C’est dans le cercle élargi de ses
connaissances que lui viendront un jour, des ennuis sérieux. Dans son
quartier de Lemba Super, elle ne s’imaginait pas ce que pouvait penser
d’elle en la voyant, tout homme jaloux de sa fortune.
Dans la nuit du 9 au 10 août 2017, sa maison de l’avenue Elila est
prise d’assaut par une bande des malfaiteurs armés.  On casse la porte
principale de l’habitation avec un matériel rudimentaire de
démolition. Les brigands font irruption, surprennent la victime dans
sa chambre à coucher et la réveillent. Lève-toi, on a besoin d’argent
! Donne-nous des devises, car nous savons que tu n’en manques pas ! Ne
pouvant supporter ces intimidations, Zamba a ouvert sa valise et dans
un coin, elle a sorti une petite fortune. Des bottes de devises, soit
une somme de 30.000 dollars. Non assouvis, les bandits vont réclamer
également des coffrets contenant des parures en or. Et aussi d’autres
effets de valeur, ainsi que deux téléphones portables.

Quand les investigations ont cheminé jusqu’à l’arrestation d’un
certain Jean-Pierre Nzimbu Nzalayala, demeurant sur avenue Travail n°
76, quartier Mapela, commune de Masina, les limiers réaliseront grâce
aux recoupements que ce voleur était membre de la bande au lieutenant
Mukolo Tshisuaka, qui a été transféré il y a peu de temps, à
l’Auditorat militaire, pour vol à main armée.
Pour le vol perpétré au domicile de Zamba, les enquêtes ont prouvé
que Nzimbu serait l’homme qui avait pris en location pour 200.000 FC,
la voiture utilisée lors de ce coup.
Avec ce coup de filet, il sera transféré à la même juridiction que son
chef de bande pour un approfondissement des investigations.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •