Des ONG exigent une relecture correcte de l’histoire de la RD Congo

0
40

Le Collectif des ONGs des droits humains, signataires de la Déclaration du 14 mars 2010, a réitéré sa position de décliner l’offre de partenariat du Commissaire général du Cinquantenaire au motif qu’il ne donne aucune garantie quant à la véritable relecture de l’histoire de la Rd Congo. Il en est de même de la ré revisitation des relations belgo-congolaises depuis l’époque de l’Etat Indépendant du Congo (EIC), en passant par la colonisation, sans oublier l’assassinat du premier Premier ministre Rd congolais, Emery Patrice Lumumba ainsi que le dossier jamais élucidé du contentieux belgo-congolais. C’est ainsi qu’il persiste et signe en déclarant inopportune l’invitation adressée aux hôtes de marque, dont le Roi des Belges, pour prendre part aux réjouissances du Cinquantenaire de la Rdc. Cette déclaration a été faite par les représentants du Collectif des Ongs des droits humains, lors d’un point de presse tenu hier 31 mars 2010, au siège de l’Ong OCDH, à Gombe.

On a noté la présence de Floribert Chebeya de la VSV, Dieudonné Kabasonga de l’OSD, Haroun Mbongo du CDHM, Christopher Ngoyi de la SCCD, Amigo Ngonde du Reprodhoc/Kinshasa, Jacob Baluishi de l’OCDH et René Kabala de la Ligue des électeurs (LE). Dans une correspondance adressée au général Dénis Kalume Numbi, commissaire général au Cinquantenaire et dont une copie a été remise à la presse, ce collectif précise que le travail des défenseurs des droits humains consiste non seulement à dénoncer les violations des droits humains mais aussi à les promouvoir et à les protéger.

A ce sujet, ils commencent par dénoncer la configuration actuelle du Commissariat général du Cinquantenaire qui consacre l’exclusion de plusieurs catégories des Congolais, notamment les pères de l’indépendance, l’opposition politique et la société civile. Ils pensent aussi que le chevauchement de plusieurs programmes gouvernementaux dont les 5 chantiers ne fait qu’aggraver la misère de la population et le programme mirobolant des activités du Cinquantenaire est incompatible avec son temps d’exécution affichée, situation qui exige des moyens plus importants alors que la situation socio-économique du pays demeure désastreuse. Enfin, ce collectif pense que l’étalement des activités du programme du Cinquantenaire au-delà de la date du 30 juin 2010 confirme la ferme volonté du pouvoir de se lancer astucieusement dans la campagne  en perspective des échéances électorales de 2011.

Le Collectif des Ongs a rejeté toute idée d’être manipulé ou récupéré par une tendance politique, encore moins d’être une caisse de résonnance de qui que ce soit. Son seul souci est de préparer une Rd Congo digne pour l’avenir des ses enfants.            

                                SAKAZ  

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*