Des militants de l’AFDC-A en sit in hier au Palais du Peuple

0
120

Des dizaines de militants de l’AFDC-A (Alliance des Forces Démocratiques du Congo et Alliés) ont organisé, hier dans les parages du Palais du peuple, de manière pacifique dans l’ordre et la discipline, un sit in. C’était pour protester contre les menaces de dédoublement de leur Groupe Parlementaire, orchestrées par le FCC (Front Commun pour le Congo) mais aussi de déstabilisation de leur plate-forme politique, telle que démontrée par des documents d’une réunion de la dissidence tombés malencontreusement dans le dossier transmis à la Commission Politique et Juridique de l’Assemblée Nationale.

 A propos de la PAJ, la base de l’AFDC-A ne comprend pas le gel d’un dossier qui aurait dû connaître son dénouement depuis plus de deux semaines, compte tenu de la clarté des éléments lui communiqués par Adèle Kanyinda, présidente de l’aile légale de son Groupe Parlementaire. En attendant que ladite commission siège et communique son avis au Bureau de l’Assemblée Nationale, les militants de l’AFDC-A se veulent insistants sur le respect de la Constitution et du Règlement intérieur de la chambre basse du Parlement.

         Il est bon de signaler, en marge de cette manifestation de colère, que  le Secrétaire permanent de l’AFDC-A, Ekila Likombo Marc, vient de saisir, au nom de son président et autorité morale, Modeste Bahati Lukwebo, par une lettre datée d’hier lundi 09 décembre 2019, le Procureur général près la Cour de Cassation, des preuves de corruption des députés et sénateurs de l’AFDC-A aux fins de les amener à quitter celui-ci et monter une plate-forme politique dissidente. Le dossier en question est enregistré sous 7819/D.023/3928/PGCC/MIN/2019. Il est consigné, dans le même dossier, le fameux « Compte rendu de la réunion stratégique de la coordination de l’AFDC-A tenue le 14 juillet  2019 » par la dissidence, sous forme de vaste complot contre Bahati et les élus lui restés fidèles.

La « base » de l’AFDC-A attend ainsi, impatiemment, les réponses à la fois au dossier politique en souffrance à l’Assemblée nationale et au dossier judiciaire en instance d’être instruit au niveau du Parquet général près la Cour de Cassation. L’optimisme est de mise dans les rangs de ces militants, au regard du rapport envoyé au Parquet près la Cour de Cassation par le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur en charge des relations avec les partis politiques, dans lequel il avait fait savoir que ce ministère ne reconnaissait qu’un seul regroupement politique fonctionnant sous le label AFDC-A, celui régulièrement enregistré sous le nom de Modeste Bahati Lukwebo, en sa qualité de président national et d’autorité morale.

 Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •