Des «Kuluna» mêlés aux étudiants de l’Unikin

0
104

Un mouvement de protestation des étudiants de l’Université de Kinshasa a eu lieu hier lundi 6 janvier 2020. Ces étudiants protestaient contre la confusion occasionnée par le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire Thomas Luhaka, en ce qui concerne les taux desfrais académiques. Dans une décision prise unilatéralement, le ministre avait fixé les frais académiques à moins de 1OO dollars américains. Curieusement, le même ministre, quelques jours après a pris part à une réunion avec les différents comités de gestion des Universités et instituts Supérieur pour revoir ces frais à la hausse.

Chose curieuse, bien avant le début des manifestations, c’est un climat inhabituel qui était observé au quartier Livulu. Des individus, dilués dans la population, attendaient de rallier le mouvement des étudiants une fois que ces derniers descendraient dans la rue. Pour réussir le complot du chao et semer la désolation au sein de la population, certains d’entre eux avaient dissimulés des machettes dans leurs vêtements.

            Cette situation a inquiété plus d’une personne et mis les esprits avertis en alerte. Car, rien ne présageait un mouvement normal de revendication des étudiants pour une cause académique. Tout  laissait croire à un mouvement de représailles, bien préparé et planifié. Ce qui a eu comme conséquence, la faible fréquentation des écoles environnantes par les élèves au retour des vacances de Noel.

            Cette préméditation  au chaos s’est confirmée au moment du mouvement de colère qui a débuté dans l’enceinte de l’Université et qui, grâce à une intervention des éléments de la police nationale congolaise, a été contenue dans l’enceinte même de l’Université.

            Sous le prétexte de revendication des frais académiques, ces étudiants, ensemble avec leur «base» des quartiers environnantes, ont détruit tout sur leur passage au sein de l’Université. Véhicules, Banque, auditoires, siège de l’Association des professeurs ; rien n’a échappé au vandalisme de ces manifestants.

            En agissant ainsi, ces étudiant ont ignoré qu’une fois la solution sur les frais académiques trouvée, ce qui est déjà prévisible, vu l’attention positif déjà manifestée par le Président de la République à ce sujet, ils seront butés à un autre problème qu’ils ont eux-mêmes créé. Il s’agit de la réhabilitation des infrastructures détruites. 

Yves Kadima

COMMUNIQUE

Le Conseil Exécutif de l’APUKIN dénonce les actes de vandalisme perpétrés contre son siège, qui est un patrimoine difficilement acquis par des professeurs.

Il dénonce les actes de barbarie et de terrorisme contre des infrastructures, entre autres, la Banque Commerciale du Congo, le Rectorat, le Secrétariat général académique, les services de finance et de budget, etc.

Il condamne les forces négatives qui continuent à instrumentaliser les jeunes pour des intérêts occultes.

De ce qui précède, le Comité Exécutif de l’APUKIN :

1) exige des sanctions exemplaires à l’endroit de toute personne impliquée dans ces actes criminels;

2) propose le déguerpissement de tous les étudiants des résidences universitaires pour une durée indéterminée;

3) décide de la suspension des activités académiques jusqu’à nouvel ordre afin de permettre la restauration d’un climat de paix sur le site universitaire;

4) et enfin invite les étudiants au respect du protocole d’accord du Conseil de partenaire signé le 19 décembre 2019.

Fait à Kinshasa, le 6 janvier 2020

Pour le Comité Exécutif de l’APUKIN,

Prof BOKOLO Matthieu

Président

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •