Des innovations éducatives pour hâter les OMD

0
53

omdDans le secteur éducatif, le gouvernement de la République pose, depuis le 11 février 2014, un certain nombre d’actes qui visent la concrétisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), objectifs soutenus par toutes les Nations du Monde pour être atteints au plus tard en 2015. Ce comportement est justifié par le vote et la promulgation le 11 février 2014, d’une nouvelle Loi-Cadre de notre Enseignement National, dont tout le système éducatif célèbre le premier anniversaire. Cette nouvelle loi – qui totalise à ce jour, douze mois d’existence – s’impose aujourd’hui en tant qu’instrument juridique de réglementation du Système éducatif congolais. En effet, la mise en oeuvre de cette loi était subordonnée à la prise d’actes réglementaires qui, pour la plupart, sont déjà disponibles.
On peut citer à ce sujet le décret relatif à l’agrément des manuels scolaires à utiliser dans les établissements d’enseignement maternel, primaire et secondaire. Un effort pour remédier aux nombreuses questions éducatives, restées longtemps sans texte légal ou réglementation, a été aussi fourni et plusieurs innovations contenues dans cette nouvelle Loi ont pu être adaptées aux impératifs du Système éducatif, à l’évolution constitutionnelle, aux réalités culturelles, aux besoins fondamentaux des populations ainsi qu’aux Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).
Parmi les innovations amenées par la mise en œuvre de cette Loi, on peut facilement citer le concept  de l’éducation de base qui s’applique à l’enseignement primaire et au secondaire général ; soit huit années d’enseignement dit : «de base ». Ceci reste une vision étendue qui garantit aux filles comme aux garçons l’acquisition d’une formation générale ininterrompue qui leur procure des capacités physiques, morales et intellectuelles faisant d’eux des hommes et des  femmes utiles vis-à-vis d’eux-mêmes et de la société. L’autre innovation concerne la réhabilitation du personnel enseignant qui œuvre à cette mission éducative en améliorant les conditions de sa formation et en organisant à son avantage un statut  particulier qui revalorise la fonction enseignante et qui lui assure des conditions de travail motivantes et sécurisantes.
La Nouvelle Loi-Cadre préconise également la mise en œuvre par voie réglementaire des mécanismes du partenariat éducatif dans la gestion de l’Enseignement national ; les privilèges à accorder à l’Enseignement technique et à la formation professionnelle ; l’introduction au sein de l’Enseignement national des technologies de l’information et de la communication facilitant notamment l’enseignement ouvert à distance ; la possibilité pour les Etablissement de l’Enseignement national de créer et de développer des activités d’autofinancement ; l’introduction progressive à l’Université du Système Licence-Maîtrise-Doctorat, «LMD» en sigle, dont la finalité est d’harmoniser le cursus dans l’Enseignement national. Enfin, il est demandé dans cette loi la création d’écoles supérieures où l’admission est sélective et dont la mission est de former de hauts cadres en fonction des besoins réels de la société.
SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •