Des « gros bras » pour sécuriser l’Ifasic

0
51

Depuis le début de la semaine, l’entrée principale de l’Ifasic (Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication) est placée sous la haute surveillance des éléments appartenant à l’agence de gardiennage « Protector Congo ». Ceux-ci ont reçu la consigne de contrôler systématiquement les entrées des étudiants ou toute personne présentant ce signalement. Ciblés, étudiants et étudiantes sont désormais priés d’exhiber à la fois la carte justificative de leur statut et la preuve du paiement intégral des frais académiques.

A en croire les autorités académiques, les salles de cours sont toujours archicombles alors que les documents de la comptabilité de l’Institut signalent un nombre effrayant d’étudiants et étudiantes non en règle. Il semble que les personnes commises auparavant à la surveillance de l’entrée principale se montraient complaisantes vis-à-vis des insolvables et autres personnes non habilitées à fréquenter les installations de l’Ifasic.

Beaucoup d’étudiantes et étudiants, surtout ceux de 3me graduat, 1ère et 2me licences critiquent sévèrement cette mesure, estimant qu’elle perturbe leurs rendez-vous avec les directeurs et encadreurs de leurs travaux de fin d’études, car l’oubli de la preuve de paiement des frais académiques est fréquent.

Certains saluent pourtant l’initiative, car trop de faux étudiants venaient encombrer les auditoires, gênant considérablement le travail de ceux n’ayant aucun litige financier. Ils recommandent toutefois la présence d’un agent de l’Ifasic aux côtés de ceux de « Protector Congo » pour les éclairer en cas de confusion entre visiteurs, professeurs et étudiants.

Chimelle Mwila (Stg/Ifasic)

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*