Des galeries volcaniques souterraines à Goma ?

0
176

George Tshionza a fait état des fissures que l’on rencontre ça et là à travers la ville de Goma, aussi bien sur le sol que sur des murs des bâtiments. Il semble qu’il existerait des galeries volcaniques souterraines, susceptibles de s’ouvrir à tout moment, de lâcher des laves fumantes et du souffre. C’était le cas hier dans les toilettes d’un des quartiers de la ville, où des autochtones ont signalé des boules de feu qui, heureusement, n’ont pas causé mort. D’où, il est imprudent de circuler dans des zones marquées par des fissures, car la terre peut s’ouvrir ou des flammes peuvent sortir du sous-sol.

            A ce sujet, l’Observatoire Volcanique de Goma a fait savoir, dans un communiqué rendu public hier, qu’il y a des fissures souterraines créées par ce séisme dans les encablures du rond-point Signers, au bâtiment Modé, au Lycée Amani ainsi qu’à Kituku/Marché, malheureusement invisibles à l’œil. Ces fissures laissent croire que des laves chercheraient une voie de sortie sur la surface de la terre. Cela justifie les tremblements de terre incessants que connaît Goma.

            Par conséquent, tout le monde doit rester vigilant et suivre avec attention les communications officielles et les orientations du plan de riposte. Il est conseillé aux parents de garder leurs enfants chez eux jusqu’à nouvel ordre.

            Quant à savoir si c’est le volcan Nyiragongo ou le Nyamulagira qui est actuellement en activité, ce vacancier malgré lui a persisté et signé, sur la foi des témoignages des autochtones que c’est le Nyamulagira qui s’est réveillé depuis le samedi 22 mai. Les mêmes autochtones ont précisé que les laves n’ont pas fait autant des dégâts qu’en 2002, parce qu’elles sont venues de loin, c’est-à-dire du Nyamulagira. Si c’était le Nyiragongo, on parlerait d’un autre langage à Goma.

                                               Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •