Denise Nyekeru Tshisekedi veut une femme Congolaise « vecteur du développement et de l’amour »

0
126

Elles étaient nombreuses,  le vendredi 08 mars 2019, les femmes des entreprises publiques, les fonctionnaires, les étudiantes, les commerçantes, les maraîchères, les débrouillards des ports privés (Maman bipupula), venues commémorer la journée dédiée à la ‘’Femme’’ à l’Institut des Beaux-arts, à Kinshasa-Gombe. Aux côtés de la première dame de de la République Démocratique du Congo, Denise Nyakeru Tshilombo, ’’la  femme congolaise’’ était très honorée avec sa première sortie publique depuis l’investiture de son mari, Antoine Felix Tshilombo Tshisekedi. Avant toute chose, l’assistance  a observé une minute de silence en mémoire des femmes victimes des violences sexuelles, surtout les femmes congolaises.

            Célébrée sous le thème :« Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement » au niveau mondial, en  RDC, le sous- thème choisi était : « «Appliquons la parité homme-femme pour un développement durable d’ici 2030 ». En décortiquant les deux thèmes, Denise Tshilombo a exhorté la femme congolaise à participer au  développement.  ‘’La Fille’’,‘’la Femme’’, la ‘’Mère’’, toute leur vie ne travaillent pour le bien-être de la famille en général et du pays en particulier. Cet éveil de la conscience ferait en sorte que ‘’le Congo’’ soit considéré comme ‘’l’Enfant’’ et à ce moment, le développement et l’émergence du Congo’’ deviendront une obligation sociale pour tout ‘’Congolais.

             La 1ère dame a,  dans son allocution, interpellé toutes les femmes à prendre conscience de leur rôle, et les a invitées à la solidarité avec les femmes victimes des violences sous toutes leurs formes. «…Il ne s’agit pas d’un privilège de nous réjouir, nous qui sommes ici,  mais plutôt d’une responsabilité envers ces nombreuses femmes, qui en ces instants mêmes, traversent des moments pénibles », a-t-elle souligné, avant de poursuivre : « un véritable éveil devrait nous animer nous, à qui il a été fait grâce de vivre dans une certaine quiétude ». Elle a salué les nombreuses lois qui protègent les droits de la femme. L’épouse du chef de l’Etat congolais a souligné que : « les droits reconnus à la femme tant au niveau national qu’international ne seront valables que si la femme elle-même en prend réellement conscience ». Et d’ajouter : « je parle ici de la femme, symbole de l’amour. Aucune émancipation, aucun développement, aucune intelligence, aucune innovation ne sauraient se réaliser, sans que préalablement ne soient posés les jalons de l’amour comme un socle ».  Ayant pour responsabilité d’accompagner son mari dans ses nouvelles responsabilités, l’ancienne du Lycée Tobongisa a, aussi  fait la promesse à toutes les femmes de la République,  de les accompagner dans tout ce qu’elles entreprendront pour lutter contre toutes les formes de violences faites à la femme en général et les violences sexuelles en particulier, ce qui favorisera, d’après elle, le développement du pays. « Je serai toujours aux côtés des femmes et des filles afin de leur donner une opportunité de contribuer pleinement au développement réel de notre pays, la République Démocratique du Congo. Même si tout le monde ne saurait m’atteindre, je serai toujours disponible à vous recevoir », a-t-elle promis.

            Très attentive à ce que l’on reproche aux femmes congolaise, Denise Nyakero s’est exprimé en ces termes : « Les reproches faits quelque fois à la femme congolaise sont sa passivité, son sens d’éthique et de conviction peu rigoureux. Toutefois, cette perception biaisée ou incorrecte de la réalité peut être totalement corrigée par les valeurs que nous portons toutes et qui peinent à être connues de tous, c’est-à-dire le travail, l’éthique, la patience  ainsi que la persévérance ».

            Signalons que cette mémorable journée était  agrémentée par la chanteuse Sandra Pongo, fille de la regrettée chanteuse Pongo Love, et plusieurs autres musiciennes.

.

« 8 mars, journée née suite aux revendications »

            Prenant la parole à cette occasion, la ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa, a martelé que  tout au long de cette année 2019, la RD-Congo tient à concrétiser le thème:» promouvoir la paix, la sécurité et le genre, l’égalité des sexes, pour l’accès aux services publics de qualité». Elle a rappelé que le 08 mars est une journée née suite aux revendications féminines.Elle  a  fait comprendre à l’assistance l’importance de la Journée internationale de la femme, plus particulièrement le sens profond du thème du jour. «La journée qui est à l’honneur aujourd’hui est née des revendications des femmes pour la jouissance de leurs droits ainsi que pour réclamer les mêmes  chances que les hommes. Tout ce qui est acquis dans la douleur est précieux. Voilà pourquoi cette journée est précieuse pour toutes  les femmes partout dans le monde », a-t-elle conclut.

            Elle a terminé son adresse  en remerciant la première dame d’avoir accepté de patronner la manifestation, à laquelle les femmes congolaises tiennent tant. Dorcas NSOMUE

  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •