Débauchage des députés et sénateurs AFDC-A sur fond de corruption !

0
206

Selon des sources crédibles, un document du FCC (Front Commun pour le Congo), réputé « top secret », s’est glissé dans les chemises remises aux députés nationaux membres de la Commission Politique, Administrative et Juridique (PAJ) de l’Assemblée Nationale, en prévision de l’examen du dossier du dédoublement de l’AFDC-A, le regroupement politique cher au Sénateur Modeste Bahati Lukwebo. Une copie parvenue aux médias indique que ledit document, daté du 14 juillet 2019, était déposé au Bureau de la chambre basse du Parlement par Néné Nkulu, qui pilote jusque-là la dissidence. Ledit document est en réalité le compte rendu d’une réunion de l’aile dissidente de l’AFDC-A, qui joue des pieds et des mains pour prendre la place du Groupe parlementaire légal.

            Dans le camp de Bahati et des élus qui lui sont restés fidèles, de document est perçu comme la preuve irréfutable de la campagne de corruption menée par le FCC (Front Commun pour le Congo), en direction des « traitres » qui, pour l’argent, avaient fini par traverser la rue.

            A sa lecture, quelques phrases troublent les esprits. On y lit notamment, en son point 2 que « l’oratrice a tenu à informer les participants de la mobilisation des fonds en communiquant le montant, et a insisté que ces fonds ont été alloués essentiellement pour raison de pêches des autres élus ».

            Par pêches, il faut naturellement entendre l’achat des consciences pour vider l’AFDC-A originel de ses députés nationaux et sénateurs, de manière à gonfler les rangs de la dissidence et à effacer l’aile Bahati de l’hémicycle du Palais du peule, en dépit de sa reconnaissance officielle, en son temps, par le ministère de l’Intérieur, et de la confirmation de cette position par le Secrétaire général du même ministère, en fin de cette dernière, suite à une requête du précité.

            L’autre phrase équivoque se trouve au point 3 du compte tenu sus évoqué : « Enfin, s’agissant  du point relatif à la définition des stratégies concrètes de la pêche des autres Députés nationaux et Sénateurs : les participants ont convenu à multiplier les contacts, mais à privilégier le face-à-face ; Les participants ont convenu également à orienter les fonds disponibles au travail de fidélisation et de la pêche des élus. C’est pourquoi, le partage de ces fonds s’en est suivi de manière objective et transparente ».

Le Chef de l’Etat interpellé

            Compte tenu de ce qui précède, cadres et « base » de l’AFDC-A, aile Bahati, ont les regards tournés vers le Président de la République, initiateur de la tolérance-zéro contre les antivaleurs, dont la corruption. Leur vœu ardent est qu’il s’intéresse au dossier et instruise qui de droit de tirer l’affaire au clair. Les planificateurs de la « pêche miraculeuse » devraient s’expliquer sur la stratégie adoptée pour déstabiliser ce regroupement politique, dont le Groupe Parlementaire fait des envieux dans les rangs du FCC. On ne décolère pas, du côté de Bahati, du fait que la présidente de l’Assemblée Nationale, Jeanine Mabunda, serait dans le coup.

                                               Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •