Dans une interview accordée à Tvs1 : le mwami P. Ndatabaye convaincu de récupérer Kamerhe

0
225

Question. : Mwami, qu’est-ce qui explique votre présence à Kinshasa ?
Réponse. : Je suis venu renouveler l’engagement pris en 2006 en adhérant au projet de société de Joseph Kabila soutenu par l’Alliance de la Majorité Présidentielle. Maintenant que l’AMP s’est muée en MP, il était de bon augure que je vienne à Kinshasa pour signer la nouvelle charte de la MP en tant que personnage politique indépendant.

Q. : En tant que chef traditionnel, vous devriez être neutre…
R. : Le chef traditionnel doit faire le choix de la légalité. Comme le président Kabila est un légaliste, je choisis d’être à ses côtés en toute indépendance. Le 17 mai 1997, nous avions fait allégeance au régime de l’AFDL qui avait mis fin au régime dictatorial de Mobutu. Depuis lors, nous sommes restés fidèles à cette ligne de conduite.

Q. : Pourquoi avoir choisi Kabila et non Kamerhe qui est de votre territoire ?
R. : Ceux qui parlent de Kamerhe aujourd’hui ne le connaissent vraiment pas. Etant cousin à sa mère, je peux vous avouer que Kamerhe ne s’est jamais opposé à Kabila, c’est une juxtaposition.Les relations entre Kabila et Kamerhe étant fortes, je suis convaincu que tôt ou tard Kamerhe finira  par retourner à sa famille politique pour soutenir l’œuvre de reconstruction nationale qu’il a entreprise avec Kabila

Q. : D’aucuns affirment que Kamerhe n’est pas Congolais, qu’en dites-vous ?
R. : Kamerhe est bel et bien le fils de notre terroir. Je l’affirme en tant que chef traditionnel. D’ailleurs, je peux témoigner que j’ai étudié avec son père qui a, de son vivant, sillonné plusieurs parties du territoire national. Il a même été enterré dans notre territoire comme pour confirmer que Kamerhe est Congolais et non étranger comme l’affirment certaines langues.

Q. : Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous avez trahi  votre frère Kamerhe ?
R. : Ceux qui parlent de trahison n’ont pas d’arguments fondés. Moi je sais que Kamerhe est toujours avec le président Kabila. Je suis venu à Kinshasa pour le rencontrer afin de mettre tout au clair.  Malheureusement , son agenda trop chargé ces derniers temps ne m’a pas permis de le rencontrer. Le mot trahison n’a donc pas sa place.

Q. : La population du Sud-Kivu avait voté massivement pour Kabila. Elle semble déçue…
R.: La population avait voté massivement Kabila pour la paix. Le jeune président a hérité d’une situation très difficile avec  la guerre.
Depuis qu’il est au pouvoir, un effort est fourni pour le retour total de la paix, la reconstruction des infrastructures, à commencer par le Sud-Kivu. Je crois qu’on ne peut pas tout résoudre, au même moment. Il fallait commencfer quelque part, ce que réalise le président Kabila dans notre province est louable.

Q. : Les violences sexuelles continuent pourtant…
R. : Les violences sexuelles sont devenues monnaie courante dans notre province. C’est quelque chose qui n’existe pas dans nos us et coutumes, elle vient de l’extérieur. Pendant la guerre d’agression, c’étaient les étrangers qui commettaient ces actes, mais actuellement ce sont nos propres frères. Les auteurs de ces actes ont été dernièrement punis à Fizi. C’est dire que le pouvoir est engagé à mettre fin à l’impunité.

Transcription : Eric Wemba (Stg Ifasic) 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*