Daniel Nkingi, le petit-frère de Vital Kamerhe, en fuite !

0
1120

Il s’appelle Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro. Il est parenté à Vital Kamerhe Lwa Kanyingikingi, Directeur de Cabinet du Président de la République actuellement incarcéré à la maison d’arrêt annexe à la prison centrale de Makala. Attendu hier au Parquet Général de la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete, l’homme a disparu dans la nature. Selon les informations qui courent, il se serait caché dans la vaste commune de Mont-Ngafula. Il tente de trouver une piste pouvant le conduire au Kongo Central où il espère se réfugier au Congo-Brazzaville ou en Angola. Les frontières entre les trois pays étant fermées, il compte faire parler les pièces sonnantes et trébuchantes pour séduire les agents d’immigration de part et d’autre de nos frontières.

Depuis hier, c’est donc une alerte maximale qui est lancée et les recherches sont activées pour retrouver cette pièce importante du puzzle de la prédation qui secoue la République. Elles le sont sur pied d’un AVIS DE RECHERCHES lancé par le Procureur Général Kisula Betika Yeye Adler du Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete, avis émis en date du 14 avril 2020.

Selon cet Avis de Recherches qui entre dans le cadre du dossier RMP 2538/PG023b/KAM, le sieur Shangalume Nkingi Daniel alias MASSARO est poursuivi du chef de détournement des deniers publics (article 146 du Code pénal livre II).

Jusque-là Conseiller au Ministère du Budget, Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro est connu dans la ville basse pour être extrêmement liquide. Dans plusieurs vidéos mises en ligne depuis ses démêlés judiciaires, on le présente à la tête d’un impressionnant charroi de véhicules de luxe et jonglant avec une quantité monumentale de briques de cent dollars.

 La question que tout le monde se pose est celle de savoir pourquoi il a choisi de fuir alors qu’aucun grief n’était encore porté à sa connaissance ? Selon des sources généralement bien informées, l’homme est au cœur des transactions financières frauduleuses imputées à Vital Kamerhe. Sa fuite est considérée par les observateurs comme un aveu de culpabilité.

Bitakwira contredit Kamerhe

Depuis son incarcération pour détournement des deniers publics, Vital Kamerhe ne cesse de clamer son innocence. Il a adopté comme ligne de défense  « qu’il ne se reproche rien et que toutes les fautes doivent être imputées tantôt aux anciens et actuels ministres, tantôt à ses collaborateurs de la Commission de Suivi des Travaux et tantôt encore au Gouverneur de la Banque Centrale du Congo Deogratias Mutombo ».

Cette ligne de défense, on le sait, ne lui a pas porté bonheur devant le Tribunal de Paix de Kinshasa/Matete qui, saisi samedi dernier d’une demande de liberté provisoire, a rejeté sa requête. Hier mardi, il a de nouveau tenté sa chance en appel devant le Tribunal de Grande Instance siégeant en chambre foraine. La décision de celui-ci est attendu aujourd’hui, juste au moment où son frère Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro a levé l’option de fuir au lieu de répondre à l’invitation à lui lancée par le Parquet Général qui instruit le dossier.

La tendance à imputer aux anciens ministres le désastre financier enregistré dans la gestion des Travaux de 100 jours commence à agacer les ministres concernés. L’un d’entre eux, Bitakwira, a décidé de crever l’abcès en se présentant lui-même au Parquet pour dénoncer ce qu’il considère comme une supercherie. On imagine qu’il mène sa démarche sur conseil de sa grand-mère dont il ne cesse de vanter la sagesse.

Bitakwira veut être mis en face de Vital Kamerhe pour que la vérité éclate et qu’elle soit portée à la connaissance du peuple dont les finances viennent ont été franchement massacrées.

Concernant le dossier de construction des maisons par exemple, on sait désormais que VK l’avait modifié en prenant au préalable la précaution d’écarter Bitakwira. Il a ensuite ignoré superbement l’institution de passation des marchés et a fait décaisser directement l’argent.

Le face à face Bitakwira-Kamerhe ne va pas manquer de faire des étincelles mais une seule chose est attendue par l’opinion : la vérité, rien que la vérité. Le peuple veut en effet savoir ce qu’on a fait de son argent et comment le récupérer pour le réinjecter dans la finalisation des Travaux. Les Shangalume Nkingi et consorts peuvent tenter de fuir mais l’argent doit être retrouvé. Coûte que coûte.

La confrontation exigée par Bitakwira va intervenir après celle qui a eu lieu lundi entre le même Kamerhe et ses collaborateurs de la Coordination Technique des Travaux de 100 jours, en présence de l’Avocat Général Sylvain Kaluila.

La rencontre avait pour objet de vérifier l’implication des uns et des autres dans le mécanisme de passation des marchés. Les différentes personnes interrogées ont affirmé ignorer la manière dont les prestataires ont été sélectionnés, laissant la charge au seul Vital Kamerhe de reconnaitre que la question a été abordée au sein du comité de supervision dont il fait partie avec les ministres sectoriels et ceux de la chaîne des dépenses.

Plusieurs questions ont tournee autour des sociétés considérées comme fictives, Samibo et Husmal qui appartiennent au libanais Jammal Samih. Comment ont-elles atterri dans le Programme d’urgence des Travaux de 100 jours et qui les avait sélectionnées ?

A en croire les informations disponibles, Aphy Badaga et Justin Kamerhe respectivement conseiller à la présidence de la République & membre du collège « économie et finances » d’une part, membre de la commission ad hoc et petit-frère de VK d’autre part, ont reconnu avoir traité le dossier Husmal qu’ils ont par la suite transmis au directeur de cabinet. Ce dernier a alors écrit au ministère du Budget pour demander un avis de non-objection sur base de l’avis favorable remis par les deux membres de la cellule de coordination.

La ligne de défense de VK n’a pas changé. C’est le ministre du Budget qui est responsable parce que lui n’est pas le signataire du contrat. Ce dossier est bouleversant car Jammal Samih qui a reçu 57 millions de dollars pour la livraison de près de 1500 maisons n’est jamais parvenu à justifier plus de 8 millions. Un vrai scandale.  L.P.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •