Dangereux flottement

0
46

Un dangereux flottement a été observé, pendant une semaine, entre le ministère des Transports et Voies de Communication et l’Hôtel de Ville de Kinshasa après l’annonce, par le chef de la police de la ville, de sa décision de ne plus voir les taxi-bus 207 en circulation au centre de la ville, et plus précisément dans la commune de la Gombe. En dépit du tollé soulevé par l’initiative du général Kanyama, en raison notamment de la précarité des moyens de transport à Kinshasa, l’on a assisté à un mutisme inexplicable de la part de ceux qui devaient éclairer la population kinoise, en analysant froidement les réalités du transport en commun dans la capitale.

En dépit de la pertinence d’une initiative visant à sécuriser davantage les voyageurs kinois et à désengorger le centre de la ville, le plus souvent victime d’embouteillages provoqués par l’indiscipline des conducteurs et receveurs des «207 », la chasse à ce type d’engins paraissait prématurée. Visiblement, on allait au devant d’un échec, compte tenu de la paralysie attendue de l’absence des 207 sur des axes stratégiques tels que Matadi Kibala – Marché Central, Pompage- Hôtel de Ville, Kingasani – Marché Central, Mikondo- ISC/Gombe, Mikonga-Marché Central, Matete ou Lemba-Gombe/Banque, Kisenso-Marché Central, Mont-Ngafula-Marché Central, Rond point Ngaba-Marché Central, Cimetière-Hôpital Général de Kinshasa, Selembao-Marché Central, etc.

Le gel de la mesure frappant les 207 doit être géré avec attention, de manière à ne pas fragiliser les décideurs politiques devant les exploitants et conducteurs de ces taxi-bus, convaincus que l’autorité légale a fait marche arrière. Pour ne pas perdre la face, il devrait être clairement signifié aux propriétaires et conducteurs des 207 le respect des normes en matière de transport en commun, entre autres le respect du Code de la Route, la garantie de confort pour les voyageurs, l’observation du nombre autorisé des passages, la fermeture des portières pendant le voyage, le stationnement aux lieux aménagés à cette fin, la maintenance mécanique, etc.

            Car, un double objectif est poursuivi dans la mesure du général Kanyama : la sécurité et le confort des voyageurs. Sur ce plan, on ne peut pas lui jeter la pierre. Il reste qu’un effort spécial doit être fourni par le gouvernement pour mettre sur les lignes de Kinshasa des bus de luxe à la mesure des besoins de mobilité des Kinois et Kinoises. Si le parc automobile de la capitale affiche plein, les bus de luxe finiront par chasser naturellement les « 207 ». On n’aurait plus besoin d’un édit, d’un décret ou d’une ordonnance pour ce faire.

                                   Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*