CSRP : le Plan d’action quinquennal 2017 – 2021 en chantier

0
216

Dans le souci de baliser la voie, afin d’assurer une bonne visibilité à la poursuite harmonieuse de la réforme de la police pour les prochaines années, nous apprenons que depuis quelques semaines, les experts du Comité de suivi de réforme de la police auxquels se sont joints ceux du Commissariat général de la police, et ceux provenant des partenaires techniques de la RDC, se consacrent  sans désemparer à l’élaboration du nouveau Plan d’action quinquennal de la réforme de la police 2017 – 2021. En effet, après la clôture du précédent plan d’action quinquennal, dont la plupart de grandes étapes, selon les échos nous parvenus dernièrement, ont été couronnées de succès, il fallait songer à doter la réforme de la police d’un nouvel outil qui allait non seulement déblayer le terrain, mais déterminer les actions prioritaires à prévoir dans le cadre de sa mise en œuvre pour les cinq prochaines années.

C’est ici le lieu de louer l’esprit de clairvoyance, et aussi de prévoyance dans le chef des membres du Comité de suivi de la réforme de la police, avec à leur tête, le général Michel Elesse Yombentole, qui ne ménagent aucun effort, ni sacrifice, pour définir les différentes actions, en termes d’élaboration des textes législatifs et réglementaires devant compléter l’arsenal juridique de ce service d’ordre, des programmes de recrutement de nouvelles unités pour la direction des ressources humaines, de formation des policiers et des cadres de commandement pour la direction générale des écoles et formation.

            Nous pensons que l’on devrait également intégrer dans ce plan, des projets de réalisation des infrastructures, notamment la construction des postes de police comportant tous les services, depuis l’accueil des visiteurs, des plaignants et des prévenus, jusqu’aux cachots, en passant par les bureaux des responsables et les locaux des OPJ, ceux destinés aux archives et à la garde des pièces à conviction. C’est en somme, l’extension des commissariats de police de proximité de référence, une expérience qu’il faudrait élargir à travers tout le pays.

Ce plan devrait en outre, englober l’acquisition progressive des équipements en termes de matériels administratifs ( ordinateurs, photocopieuses…), et moyens de locomotion (motos et jeeps), ainsi que les instruments pour le rétablissement d’ordre public comme des menottes, des matraques, des grenades lacrymogènes, ou du matériel anti-émeute.

            Ce plan a aussi l’avantage de souligner, comme nous l’avons-nous appris, la nouvelle philosophie de la création d’une police répondent aux standards internationaux.

Dans ce plan, seront certainement prises en compte les missions de sensibilisation des provinces sur la réforme de la police. Selon les certains échos parvenus à Kinshasa, la réforme de la police est connue à Kinshasa et dans les grandes villes du pays. Il faut donc prévoir la sensibilisation dans les territoires et les collectivités. Cela éviterait qu’on ait une réforme à deux vitesses, une très avancée dans une partie du territoire national, et une autre inconnue dans les coins enclavés.

            Face aux multiples enjeux, ce plan devrait répondre à d’autres défis importants, comme celui d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens dans les territoires en proie à l’insécurité cyclique à l’Est de la république. Pour ce faire, les policiers devront être outillés pour ce genre des missions.

                                                                                                                              J.R.T. 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •