Crise au Rassemblement : F. Tshisekedi, Lumbi, Fayulu et Lisanga font l’état des lieux

0
1034

Félix Tshisekedi (président du Rassemblement) poursuit ses
consultations, entamées depuis le dimanche 05 mars 2017, avec les
représentants de différentes composantes de cette méga plate-forme
politique. Hier mercredi 08 mars, il a eu une longue séance de travail
avec Pierre Lumbi (président du Conseil des Sages), Martin Fayulu
(président de l’ECIDe et d’une des ailes de la Dynamique) et
Jean-Pierre Lisanga Bonganga (Coordonnateur de la Coalition des Alliés
de Tshisekedi) sur la rue Pétunias, à la résidence de feu Etienne
Tshisekedi, dans la commune de Limete.

Selon des sources proches ce regroupement politique, les quatre
personnalités ont échangé autour de la crise qui secoue celui-ci et
exploré les pistes de solution. Leurs réflexions ont singulièrement
porté sur les actions à mener en vue de refaire rapidement son unité
et d’éviter son éclatement.
Selon le constat fait à mi-parcours, le nouveau leadership du
Rassemblement est reconnu par la majorité des composantes, notamment
l’UDPS, le G7, l’AR (Alternance pour la République), la Coalition des
Amis de Tshisekedi, le G 14, la MPP (Majorité Présidentielle
Populaire), une partie de la Dynamique de l’Opposition, la Société
Civile, etc. On se réjouit, à ce sujet, du défilé des délégués de ces
composantes à Limete, pour témoigner leur fidélité et leur attachement
aux animateurs des organes issus de la restructuration de cette méga
plate-forme politique.
L’unique point noir dans la vie du Rassemblement se trouve être la
dissidence créée par l’aile de la Dynamique pilotée par Joseph
Olenghankoy, laquelle est par ailleurs soutenue par Bruno Tshibala,
Secrétaire général adjoint « auto-exclu » de l’UDPS, ainsi que des
dissidents de l’Alternance pour la République conduits par Katebe
Katoto, lui aussi radié de cette plate-forme politique.
Selon les échos parvenus au « Phare », Félix Tshisekedi, Pierre Lumbi
, Martin Fayulu et Jean-Pierre Lisanga, qui tiennent à ramener toutes
les brebis égarées au bercail, ont sérieusement examiné la possibilité
de prendre langue avec le camp de Olenghankoy. Des messages seraient
en circulation entre Limete et le siège de Fonus en vue de planifier,
dans le meilleur délai, une rencontre de vérité et si possible, de
réconciliation.
On est conscient, de part et d’autre, que si le Rassemblement
éclatait, ce serait une lourde hypothèque sur l’Accord du 31 décembre
2017 que cette méga plate-forme politique avait signé avec la Majorité
Présidentielle, l’Opposition et la Société Civile présentes au
Dialogue de la Cité de l’Union Africaine. Par conséquent, plus rien ne
pourrait arrêter le train du « glissement », qui pourrait reprendre sa
marche sans aucune contrainte politique, technique ou financière.
Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •