Crise humanitaire dans le Nord de la RDC : un plan d’urgence mis sur pied

0
33

Le nouvel afflux de réfugiés de la République Centrafricaine (RCA), souligne le caractère cyclique de la crise humanitaire, avec des déplacements des populations qui tendent à se répéter tous les quatre ans et qui remettent profondément en cause la manière d’y répondre. Le conflit et l’insécurité en RCA continuent de provoquer des déplacements forcés importants des personnes, tant à l’intérieur de la RCA que vers les pays voisins, surtout concernant la République Démocratique du Congo (RDC). Selon les autorités locales, la RDC compte quelques 92.000 réfugiés centrafricains ont fui en RDC donnant lieu à une nouvelle urgence complexe. Cette population s’ajoute à celle des réfugiés centrafricains qui vivent déjà dans le nord de la RDC.

            C’est dans ce cadre que le gouvernement congolais, en partenariat avec les organisations humanitaires, œuvrant dans le pays,  a mis en place un Plan de Réponse d’Urgence Inter-Agences (Refuge Response Plan ou RRP) afin de répondre aux besoins complexes du nombre croissant des réfugiés et demandeurs d’asile de la RCA situés dans une vaste zone présentant d’énormes défis logistiques. Dans ce plan d’actions, un appel  de 69 millions de dollars US a été lancé pour aider les 92.000 nouveaux réfugiés et près de 100. 000 membres des communautés d’accueil. Il faut souligner que la Suède vient d’allouer 4 millions de dollars américains à la suite de cet appel. Le Japon, quant à lui, a accordé au HCR 1, 7 millions USD pour assister les déplacés internes et réfugiés centrafricains.

            Le HCR, pour sa part, s’est engagé à travailler avec les autres partenaires pour relocaliser au moins 25 000 réfugiés au cours des 12 premiers mois de la réponse. Un questionnaire sera élaboré pour recueillir le nombre de réfugiés volontaires à la relocalisation.

            Toutes les agences impliquées dans cette réponse, coordonnées par le HCR et le gouvernement de la RDC, se sont aussi engagées à veiller à ce que tous les réfugiés et demandeurs d’asile centrafricains aient accès à la protection et à l’aide humanitaire, conformément à la stratégie de protection du HCR (2020 – 2025) et au Plan National Stratégique de Développement (PNSD) du Gouvernement de la RDC (2019 – 2023). Par ailleurs,  les parties prenantes  travailleront avec le gouvernement pour inclure les réfugiés dans les structures nationales, ainsi que dans les plans de développement et de sécurité, afin de promouvoir une mise en œuvre du plan de réponse d’urgence dans son ensemble. Dans le cadre de la politique d’alternative, les villages/localités existants seront sélectionnés et dotés de structures administratives, conjointement avec les autorités locales comme «pôles de développement», où les réfugiés seront installés. Cela devra être en accord avec l’approche du Cadre Global de Réponse aux Réfugiés qui a été adopté par le gouvernement de la RDC, les agences des Nations Unies et la communauté humanitaire.

            Ainsi, au regard de l’entente entre le HCR et le gouvernement de la RDC en faveur de la relocalisation de tous les réfugiés loin de la frontière, les parties prenantes  soutiendront la mise en œuvre des activités pour faciliter la relocalisation de quelques 25.000 nouveaux réfugiés vers des zones plus sécurisées à Modale (10.000), Bosobolo (10.000) et Zongo (5.000).

            En ce qui concerne les réfugiés relocalisés, l’accent sera mis sur le renforcement des moyens de subsistance, l’accès aux infrastructures communautaires et sociales et aux services publics de bonne qualité, ainsi que les moyens de production (terres agricoles et outils agricoles). Ces mesures seront fondées sur les diverses évaluations qui ont eu lieu et qui ont permis d’identifier les besoins les plus urgents, parmi lesquels la protection, y compris l’enregistrement et la documentation, la protection des enfants, la prévention et la réponse à la violence sexuelle et basée sur le genre; les abris; l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène; l’accès aux services de santé et d’éducation; la disponibilité de produits alimentaires et non alimentaires; la sécurité et la coexistence pacifique; la nutrition et le soutien aux personnes ayant des besoins spécifiques.

            Conformément aux directives du Gouvernement de la RDC contre la COVID-19, toutes les activités de mise en œuvre respecteront les mesures de prévention et de réponse à la COVID-19, notamment la distanciation sociale, le port de masque, le lavage des mains et autres protocoles d’hygiène. De plus, le monitoring de protection sera donc renforcé, afin de minimiser les violations des droits de l’homme et les autres risques de protection auxquels pourront être confrontés les réfugiés, en particulier dans les zones frontalières.

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •