CPI : les USA saluent la condamnation de Bemba

0
212

Les Etats-Unis se félicitent du verdict prononcé hier à la Cour Pénale Internationale (CPI) dans l’affaire instruite contre Jean-Pierre Bemba Gombo, ancien vice-président de la République démocratique du Congo et antérieurement leader d’un groupe rebelle congolais qui a commis d’innombrables atrocités en République
centrafricaine (RCA) entre 2002 et 2003. Sa condamnation pour viols, meurtres et pillages considérés comme des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, alors qu’il était chef rebelle, introduit une mesure de justice importante en faveur des victimes de ces crimes et fait, en particulier, progresser la lutte contre l’impunité à
l’égard des violences sexuelles pendant les conflits.

Les personnes responsables de tels actes odieux doivent en rendre compte. Le verdict, qui reconnait la responsabilité hiérarchique de Bemba à l’égard des atrocités commises par ses forces, démontre que les personnes responsables de tels crimes—même celles se situant aux niveaux les plus élevés—ne peuvent pas escompter échapper à la justice. Le Secrétaire d’Etat John Kerry a renforcé ce principe important en déclarant au Sommet mondial pour mettre fin aux violences sexuelles dans les conflits que « la responsabilité atteint
directement le sommet, s’étendant aux commandants militaires qui avaient connaissance ou auraient dû avoir connaissance des violences sexuelles et qui n’ont pas agi ».

Les Etats-Unis soutiennent les enquêtes de la CPI en République centrafricaine, et nous félicitons l’engagement de la RCA à assurer que les auteurs de crimes graves rendent compte de leurs actes, y compris à travers sa coopération avec la CPI en la matière ainsi qu’à travers les efforts consentis au niveau national pour que justice soit faite. Le verdict d’hier fait suite à d’autres efforts importants fournis à travers des processus judiciaires nationaux et internationaux, visant à  commencer à changer la culture de l’impunité dans la région. Reconnaissant l’importance de ce verdict pour un grand nombre de gens en Afrique centrale, nous exhortons toutes les parties prenantes à réagir de manière mesurée et non-violente à ce jugementhistorique.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •