Covid-19 : des officiers de police sensibilisés sur la vaccination

0
20

Le ministre de la Santé, Jean-Jacques Mbungani, poursuit sa campagne de sensibilisation contre la pandémie du coronavirus. Hier mardi 7 décembre 2021 à Béatrice Hôtel, il était face aux officiers généraux et supérieurs de la Police Nationale Congolaise pour faire le point sur la situation de la maladie en République Démocratique du Congo, mais aussi rappeler le bienfondé de la vaccination, seule voie efficace pour éradiquer le Covid-19. L’objectif était d’obtenir l’adhésion massive de toutes les couches sociales afin de rendre efficace les mesures de prévention édictées par les autorités sanitaires de manière à stopper la propagation de la maladie sur le sol congolais.

Ces membres de la PNC ont profité de la présence du ministre de la Santé pour  poser différentes questions qui sèment encore le doute dans les esprits  au sujet de la maladie et surtout du vaccin anti-Covid, de manière à dissiper tous les malentendus. Notons que cette séance de sensibilisation s’est déroulée en présence du Vice-Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Affaires coutumières et Décentralisation, Jean-Claude Molipe.

         Dans son intervention, le ministre de la Santé a  invité les officiers généraux et supérieurs de la PNC  à adhérer à la campagne de vaccination en se faisant vacciner et à  s’impliquer dans la mobilisation de la population en faveur de la vaccination contre le Covid-19. «(…)Nous espérons que l’implication des officiers supérieurs de la PNC permettra d’augmenter le nombre des personnes vaccinées. Et c’est pour cette raison  fondamentale que je suis devant vous afin de vous demander  de vous engager davantage dans la lutte contre le COVID-19 et d’encourager vos subalternes à se faire vacciner », a déclaré le numéro un de la Santé publique, Hygiène et Prévention en RDC.

         Malgré les avancées significatives dans la lutte contre la maladie, le Dr Jean-Jacques Mbungani s’est dit inquiet du relâchement observé chez des Kinois au sujet des gestes barrières, qui s’avèrent nécessaire pour stopper la propagation  du Covid-19 et l’éradiquer définitivement sur le sol congolais.  « Nous ne devons pas baisser la garde maintenant. C’est en ce moment où il y a une grande circulation de la population, suite aux fêtes de fin d’année, qu’une remontée des cas peut subvenir. Nous avons des acquis et nous devons les préserver. Ne jetons pas tous ces efforts dans l’eau… Nous devons maintenir les gestes barrières, surtout qu’on craint une quatrième vague au niveau internationale », a martelé le ministre de la Santé.

         Au sujet de la campagne de vaccination, il a fait savoir que le taux des personnes vaccinées reste faible, malgré tous les efforts déployés pour l’obtention d’une diversité des vaccins pouvant donner aux Congolais la possibilité d’opter pour le vaccin de son choix. Le pays dispose des vaccins tels que Pfizer, Moderna, Sinovac, Johnson & Johnson. « Actuellement, la couverture vaccinale reste très faible en RDC. A ce jour, seulement 0,1% de personnes ont été totalement  vaccinées contre le Covid-19. Grâce au plaidoyer permanent du Chef de l’État, Président en exercice de l’Union Africaine, les vaccins sont toujours disponibles, avec une gamme diversifiée. Dans plusieurs pays à travers le monde, il y a actuellement un regain de contaminations qui inquiète et qui peut laisser supposer la survenue d’une 4ème  vague de la pandémie de Covid-19 si des mesures barrières ne sont pas respectées, au nombre desquelles la vaccination et le respect des mesures barrières. », a insisté l’autorité sanitaire.

Le ministre de la Santé a, par ailleurs, fait savoir que le défi pour l’OMS et les partenaires techniques est de vacciner 40% de  la population du pays d’ici la fin de l’année 2021 et 70 % pour le milieu de l’année 2022. D’après les statistiques datant du 6 décembre, il y a 137.193 personnes qui ont déjà  reçu leur première dose de vaccin et 57. 625 pour  la 2ème dose.  Ce qui veut dire que le taux de personnes vaccinées en RDC s’élève à peine à 0.11%, s’est plaint l’autorité de tutelle.

         Avant de clore son intervention, le ministre de la Santé a instruit le Programme Elargi de Vaccination, avec l’appui des partenaires techniques, d’installer un site de vaccination sur place à l’hôtel Béatrice  et un vaccinodrome à la Place des Evolués à Gombe, pour permettre  aux personnes travaillant dans l’agglomération ainsi qu’aux officiers  et agents de la PNC de se faire vacciner. 

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •