Covid-19 à Kinshasa :pas de couvre-feu, ni de confinement en dehors de Gombe

0
153

La ville de Kinshasa ne sera soumise ni à un couvre-feu, ni à un confinement en dehors de la commune de Gombe, contrairement à l’option levée le jeudi 16 avril 2020, au terme de la réunion présidée par le Directeur de cabinet adjoint du Chef de l’Etat, Désiré Casimir Kolongole Eberande, avec la participation de quelques membres du gouvernement, du Secrétariat technique de riposte contre le Covid-19, le gouverneur Gentiny Ngobila et le commandant urbain de la police, le général Sylvano Kasongo. La proposition de confinement de nouvelles communes, parmi lesquelles étaient citées Kintambo et Ngaliema, et d’instauration d’un couvre-feu de 20 à 5 heures du matin découlait du constat de l’expansion exponentielle du coronavirus dans la capitale.

            Mais, à l’issue d’une nouvelle réunion d’évaluation, dirigée cette fois par le Premier ministre, Sylvestre Ilunga, le samedi 18 avril 2020, avec la participation de mêmes invités que ceux qui étaient autour du Directeur de cabinet adjoint du Chef de l’Etat jeudi dernier, le schéma du couvre-feu et de la mise en quarantaine de nouvelles communes, en plus de celle de la Gombe, a été abandonné. La raison majeure du non recours au couvre-feu est à chercher dans les dérapages enregistrés dans plusieurs villes africaines où cette recette a été expérimentée, à savoir les pillages des maisons commerciales et la montée de la criminalité, avec comme acteurs principaux des bandits armés et des éléments incontrôlés de l’armée et de la police.

             Il a été plutôt décidé le « déconfinement » progressif de cette dernière municipale, avec dans un premier temps la réouverture des supermarchés, magasins et banques, en vue de permettre à ses résidents de s’approvisionner en denrées et biens de première nécessité, mais aussi de se constituer des réserves de liquidités monétaires. Cependant, l’accès à Gombe reste soumis à la présentation d’un badge réglementaire délivré par l’Hôtel de ville.

            Comme mesure supplémentaire de prévention du coronavirus, le port du masque est rendu obligatoire pour tout résident de Kinshasa sur les lieux publics. Selon le gouverneur Ngobila, des patrouilles de l’armée et de la police vont quadriller les places publiques, les avenues et rues des cités résidentielles en vue de faire respecter ce nouveau geste-barrière et procéder, le cas échéant, aux arrestations des contrevenants à cette mesure.

            S’agissant du spécimen des masques, il est indiqué que les familles modestes pourraient se contenter de ceux de fabrication artisanale, l’essentiel étant de se couvrir la bouche et le nez.

            Les autres gestes barrières, à savoir le lavement régulier des mains, la distanciation sociale d’un mètre sur les voies publiques et à domicile, l’éternuement sous la protection d’un papier-mouchoir ou sous le coude, la limitation des passagers à un sur une moto, 3 dans un taxi, 10 dans un taxi-bus, 16 dans un taxi-bus « Esprit de vie », 20 dans un bus « Transco »… restent de stricte application.

S’il y a une observationKIMP

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •