Coronavirus : sales temps pour les religions en Europe

0
156

Alors que le Covid-19 ne cesse de se répandre en Europe, où le seuil des 500 morts a été franchi, les autorités religieuses font également face à la propagation du coronavirus. Des mesures ont été ainsi prises dans de nombreux pays pour éviter que les fidèles et soient contaminés dans les lieux de culte.

            Dans l’Hexagone, un rassemblement de plusieurs milliers de personnes organisé par une église évangéliste de Mulhouse, dans le département du Haut-Rhin à l’est du pays, a donné lieu au premier grand “cluster”, soit le point de départ et la propagation d’un grand nombre de cas de maladies.

            Plus de 2.000 fidèles de plusieurs pays francophone et de l’Allemagne voisine, étaient venus assister du 17 au 24 février, à une semaine organisée par l’église «La Porte Ouverte» consacrée au jeûne et à la prière.

            Le Covid-19 a pu se diffuser dans cet environnement en raison des pratiques de cette communauté où les contacts entre fidèles sont prépondérants. Depuis lors, l’église a fermé ses portes, sur l’injonction de la préfecture du département. Les fidèles pourront désormais communier via des cultes retransmis en live sur la chaîne Youtube et la page Facebook de la communauté.

Huis clos total : la France et l’Espagne emboîtent le pas à l’Italie

            Suite aux mesures prises par les autorités dans le Haut-Rhin et dans l’Oise, un autre foyer de propagation, l’Eglise catholique a dû suivre ces recommandations interdisant tout rassemblement dans ces territoires. Les messes ont été ainsi annulées. Mais dans les autres départements où de telles mesures ne sont pas encore en vigueur, de nombreux diocèses en ont mis en place d’autres, notamment dans le cadre de la messe dominicale.

            L’archevêque de Paris a ainsi demandé aux prêtres de sa paroisse de « proposer la communion uniquement dans les mains des fidèles et refuser de la donner dans la bouche » et de « ne pas proposer de communion au calice pour les fidèles ». Les gestes de paix, des contacts entre fidèles durant les messes, ont été également proscrits dans de nombreuses églises. Par précaution, les bénitiers ont été pour la plupart vidés.

            Le conseil français du culte musulman (CFCM) a pris acte de l’interdiction des rassemblements de plus de 1.000 personnes décidée par les autorités françaises. Les mosquées ayant la capacité de recevoir plus de 1.000 fidèles sont donc appelées à annuler la prière du vendredi 13 mars. En outre, le CFCM recommande aux personnes âgées de plus de 70 ans, car plus vulnérables, de ne fréquenter les mosquées dans les semaines qui viennent.

Ailleurs en Europe, les églises s’organisent aussi

            Si le Saint-Synode de l’Eglise de Grèce a indiqué – de manière erronée – dans un communiqué de presse publié le 9 mars que le fait de donner la communion aux fidèles ne peut pas être un facteur de transmission de la maladie, la plus haute instance de la religion orthodoxe du pays a mis en place certaines mesures.

            Un rappel liturgique s’impose toutefois. Suivant le culte orthodoxe, la communion est donnée via une cuillère qui distribue le sang du Christ aux fidèles via un calice. Ceci étant posé, le Saint-Synode grec a appelé à une prière contre le Covid-19 dimanche prochain et exhorte ses ouailles à suivre les directives édictées par le ministère grec de la santé. Des dépliants informatifs sur le Covid-19 seront ainsi distribués dans les lieux de culte.

De plus, l’Église orthodoxe grecque demande à ses adeptes de bien respecter les règles d’hygiène en vigueur. Elle recommande aussi aux personnes vulnérables et à celles présentant des symptômes (fièvre, difficultés respiratoires) de ne pas venir assister aux offices. Enfin, les cours dispensés dans les écoles religieuses gérées par l’Eglise sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Les sculptures saintes «préservées» des lèvres des fidèles

            En Espagne, où le coronavirus fait peser une menace sur les traditionnelles célébrations de Pâques (la Semaine Sainte) organisées un peu partout dans le pays et qui se rapprochent à grands pas, les instances catholiques ont édicté certaines recommandations.

            Le diocèse de Cartagena-Murcia, dans le sud-est de l’Espagne a demandé aux fidèles d’éviter les gestes qui pourraient présenter un risque de propagation de la maladie, comme toucher des images saintes. De même, il a recommandé de supprimer les gestes de paix pendant les messes et de recevoir la communion de préférence dans la main et non dans la bouche.

            Comme dans tout le pays, où des mesures drastiques de confinement ont été prises par le gouvernement italien, les églises catholiques sont également fermées au public. Les messes, les enterrements et les mariages ne sont plus célébrés jusqu’au 3 avril. Toute entorse aux interdictions des rassemblements est passible d’amendes. Y.K

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •