Coronavirus : la RDC sur la liste noire de l’OMS

0
309

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) vient d’établir une liste de 13 pays africains à hauts risques par rapport au « Coronavirus », l’épidémie apparue il y a un mois en République Populaire de Chine et qui fait trembler toute la pleine Terre. La République Démocratique du Congo est citée aux côtés de l’Algérie, de l’Angola de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, de l’Ethiopie, du Ghana, du Kenya, de Maurice, de l’Afrique du Sud, de la Tanzanie, de l’Ouganda et de la Zambie.

         Les deux critères principaux retenus par les experts de cette agence des Nations Unies pour estimer que les « 13 » sont plus exposés que d’autres à l’invasion du « Coronavirus » sont les taux élevés de contacts et voyages entre ces pays et la Chine. Bien qu’aucun cas n’ait encore été déclaré sur le territoire congolais, l’alerte de l’OMS se veut une interpellation en direction des autorités congolaises pour le renforcement des mesures de surveillance aux aéroports, ports et autres points d’entrée. La prévention est d’autant recommandée que le pays, qui est sur le point de vaincre Ebola, n’a pas besoin de se retrouver avec deux épidémies mortelles sur les bras.

Un expert de l’INRB

à Dakar

         Prenant la pleine mesure de la situation, le Premier ministre Sylvestre Ilunga a convoqué, samedi dernier, une réunion d’urgence avec la participation de quelques ministres, dont ceux de l’Intérieur et de la Santé. Dr Jean-Jacques Muyembe, Directeur général de l’INRB (Institut National de Recherches Bio-médicales), virologue de réputation internationale et Coordonnateur de la cellule de riposte contre la maladie à virus Ebola, y était également associé. Se confiant à la presse, celui-ci a confirmé la mise en place du dispositif médical de contrôle des mouvements des voyageurs à tous les postes d’entrée et de sortie du pays.

         Selon Dr Muyembe, un expert congolais, membre de l’INRB s’est envolé le week-end dernier pour Dakar, au Sénégal, en vue de suivre une formation spécialisée sur les dernières techniques de dépistage du « Coronavirus ». Son retour est annoncé pour la fin de la semaine en cours.

         En principe, à compter du 9 février, la République Démocratique du Congo devrait disposer de nouveaux kits médicaux (caméras de surveillance, thermomètres)  en plus de ceux déjà aux portes frontaliers indispensables à la détection des cas de « Coronavirus ». L’INRB devrait être en mesure, dans les tous prochains jours, de procéder aux analyses des échantillons prélevés sur des cas suspects des voyageurs en provenance de Chine ou d’autres pays étrangers.

Voyages vers la Chine déconseillés aux Congolais

         Au moment où plusieurs Etats occidentaux sont occupés à rapatrier, sous le régime du volontariat, leurs ressortissants résidant en Chine, la République Démocratique du Congo, à défaut d’organiser un « pont aérien » avec ce pays, a recommandé à ses citoyens  habitués à s’y rendre pour des raisons commerciales et autres, de bien vouloir y surseoir. Rendue publique à travers un communiqué du ministère de la Santé en milieu de semaine dernière, cette précaution a été rappelée lors du Conseil des ministres du vendredi 31 janvier 2020, présidée par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi. C’est dire combien le gouvernement congolais prend au sérieux la menace que représente l’épidémie de « Coronavirus » et s’organise pour faire échec à son éventuelle propagation sur le territoire national.

         Des messages sont continuellement envoyés en direction de la population sur les symptômes de cette maladie, notamment une forte fièvre, la toux, des difficultés respiratoires, des écoulements nasaux, etc.

         Parmi les précautions élémentaires à prendre, il y a le lavage régulier des mains avant comme après tout repas ou contact suspect, la consultation médicale en cas de symptômes comparables à ceux de la grippe.

Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •