Congo nouveau: une oeuvre collective

0
55

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, est revenu, dans son message de Nouvel An à la Nation, sur son credo de campagne électorale et d’entame de son mandat, à savoir la construction d’un « Congo nouveau ». Mais contrairement aux attentes de certains compatriotes, qui pensent que ce futur eldorado va leur être offert par la providence sur un plateau d’or un de ces quatre matins, il s’est voulu une fois de plus insistant sur l’obligation pour tous et chacun d’apporter sa modeste pierre à sa matérialisation.

Autrement dit, le Chef de l’Etat vient de lancer, en direction de l’ensemble du peuple congolais, un énième appel à la participation collective à la renaissance politique, diplomatique, économique, industrielle, culturelle et sociale de la mère patrie. Son discours est à considérer comme une interpellation des Congolaises et Congolais à mouiller le maillot, comme on dit, pour faire émerger, au cœur de l’Afrique, un Congo plus beau qu’avant, comme consigné dans l’hymne national.

         En d’autres termes, Félix Antoine Tshisekedi tient à faire comprendre à tous et à chacun que sans effort, sans travail, sans l’amour de la patrie et du prochain, sans la prise de conscience collective, il est impossible de bâtir un nouveau Congo. En fait, chacun devrait jouer sa partition pour la sécurité et la défense nationale, l’émergence d’une administration de développement, la création de l’abondance alimentaire, la maximisation des recettes publiques, le désenclavement du pays par la route, les airs et les cours d’eau, l’amélioration de la desserte en eau et en électricité, la couverture santé universelle, l’éradication de l’analphabétisme et de la pauvreté, l’industrialisation, la protection de l’environnement, le respect des droits de l’homme, la démocratie, la création des richesses, l’autonomisation des femmes et de la jeune fille, etc.

         Bref, le Congolais et la Congolaise devraient se battre davantage pour relever les défis de la sécurité, du développement, de l’Etat de droit, de la croissance économique, du bien-être social. En ce qui le concerne personnellement, le Chef de l’Etat a réitéré son engagement à remplir une bonne part de ses promesses de campagne en 2022 et 2023. Mais tout seul, il peut ne pas transformer en réalité le rêve d’un paradis où couleraient le lait et le miel.

                                                                 Kimp

MESSAGE DE VOEUX du chef de l’Etat POUR LA NOUVELLE ANNÉE 2022

Congolaises et Congolais,

Mes chers compatriotes,

         Conformément à la tradition, j’ai l’honneur de m’adresser à vous, en cette fin d’année 2021, afin de vous exprimer tous mes voeux d’amour, de paix, de santé, de bonheur et de prospérité pour l’année 2022.

         En cette période des festivités, où il est notamment de coutume de se retrouver en famille afin de célébrer la Nativité et le passage à la nouvelle année, mes premières pensées s’adressent à celles et ceux de nos compatriotes qui ont eu à nous quitter au cours de cette année et pour leurs familles et proches pour lesquels, j’implore notre Dieu, maître des temps et des circonstances, d’atténuer  le chagrin et de faire que la joie et le sourire illuminent de nouveau leurs visages, en 2022.

         Je ne pourrais également poursuivre mon propos sans présenter mes voeux et exprimer ma gratitude à nos vaillantes forces armées et de Police qui passeront ces fêtes de fin d’année, sur le théâtre des opérations afin d’assurer notre sécurité.

         Au valeureux personnel soignant qui, en dépit du défi imposé par la COVID-19 et par la fragilité de nos structures de santé, s’en tient, tant bien que mal au respect de son serment et veille, en ce moment même, sur des patients, loin des leurs ;

À nos merveilleuses mamans qui, nonobstant les souffrances et humiliations leur infligées, font malgré tout, du don de leur être, de l’abnégation, de l’amour et du partage, les raisons de leur existence ;

À notre jeunesse, socle de notre nation, qui nourrit une foi inébranlable en le changement et le progrès ;

Recevez, vous tous, une nouvelle fois, mes chers compatriotes, mes vibrants

hommages et mes voeux, les meilleurs, pour la nouvelle année 2022.

Mes très chers compatriotes,

         L’année 2021 qui s’achève a drainé son lot d’amertumes et d’évènements douloureux ou encore la fissuration de notre sentiment d’appartenance nationale.

         En effet, aucun secteur de la vie nationale en cette année 2021, ni même nos personnes, n’ont été épargnés par les répercussions économiques, sanitaires et sociales, générées par la résurgence de la COVID-19 ou encore par l’instabilité persistante rencontrée dans la partie Est de notre territoire national.

Cependant, l’année 2021 a également été celle de la renaissance, sur le plan diplomatique, d’une République Démocratique du Congo de nouveau ouverte au monde extérieur et qui a porté haut l’étendard de l’Afrique dans tous les fora

internationaux.

         Outre la reprise de partenariats avec des institutions telles que le Fonds Monétaire International, cette année 2021 a vu notre pays jouer un rôle prépondérant dans la résolution des conflits sur le continent africain mais également se porter volontaire, comme « pays solution » à la problématique du réchauffement climatique.

         L’année 2021, est également cette année où des promesses autrefois lointaines ont fini par se muer en actes formels d’engagement, comme ce fut le cas récemment par la conclusion des accords entre notre pays et la multinationale Dubaï Port World pour la construction du port en eau profonde de Banana, qui nous sortira de la quasi-situation d’enclavement maritime dans laquelle nous nous trouvons.

         Je pense, également, aux partenariats gagnants-gagnants conclus avec les Émirats Arabes Unis et d’autres pays, toujours dans cet objectif de lancer une fois pour toutes notre pays sur la voie du développement au moyen d’une utilisation rationnelle et efficiente de ses potentialités tant vantées.

         Cette liste n’étant point exhaustive, j’aimerais que 2022 soit une année où les divergences et contradictions nous transcendant, ne contribuent plus à la construction de murs entre nous, mais plutôt à celle de ponts où tous ensemble nous contribuerons à l’oeuvre salutaire de refondation de ce bel édifice qu’est la République Démocratique du Congo, notre beau pays.

Mes chers compatriotes,

Ba ndeko ba bolingo,

Ba mpangi ya luzolo,

Bana betu ba swibwe,

Wa ndugu wa penzi,

         J’aimerais par ces voeux vous réitérer l’engagement que j’ai pris devant l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, qui est d’oeuvrer dans le sens de rendre à la République Démocratique du Congo ses lettres de noblesse et d’en faire un pays plus fort et plus beau qu’avant. Toutefois, je ne pourrais le faire seul. C’est uniquement par la conjugaison de nos efforts à tous, mes chers compatriotes, que nous y parviendrons et que nous ferons de cette terre richement bénie, un réel havre de paix, de prospérité et de progrès social.

         À cet égard, je nous exhorterai d’abandonner à 2021 son lot de peines, et de n’emporter avec nous, en 2022, que les souvenirs heureux de résilience et d’abnégation qui l’ont marqué, de même que de pérenniser ce bel élan de foi en le renouveau, qui nous rapprochera un peu plus de notre but commun à tous, qui est de relever cette nation longtemps martyre.

Mes très chers compatriotes,

         L’espoir que représente 2022, ne doit pas pour autant nous en faire oublier les défis importants qui nous attendent et pour lesquels, j’en appelle à notre vigilance, à tous.

         En effet, outre l’obligation collective qui nous incombe d’oeuvrer à la matérialisation effective d’un État de droit, il nous reviendra, de redoubler d’efforts dans la protection des droits des femmes, de nos jeunes filles et enfants, et d’oeuvrer dans la construction d’un environnement qui soit propice à leur épanouissement.

         Cette nouvelle année, devra, plus que jamais, être marquée par la poursuite des réformes menées dans le sens de l’amélioration du bien-être des Congolaises et des Congolais.

         Ces réformes tant structurelles qu’infrastructurelles devront inexorablement guider la boussole de notre action qui sera indéfiniment tournée comme toujours vers le peuple, d’abord.

Il s’agit notamment :

• d’augmenter le taux d’instruction et d’alphabétisation de nos enfants,

• de promouvoir l’autonomisation de nos femmes sur le plan socio-économique,

• d’optimiser la desserte en eau et électricité dans nos villes et villages ;

• de régénérer et de raffermir notre système de santé, mais également de préserver notre écosystème unique.

Mes très chers compatriotes,

         Hier dans les Nord et Sud Kivu, l’Ituri, le Haut-Katanga, le Lualaba et aujourd’hui dans les 3 Kasaï, le Sankuru et la Lomami et demain dans d’autres contrées de la République, je resterai proche de vos préoccupations et tâcherai d’y répondre durablement dans le cadre, notamment, du Programme de développement local des 145 territoires.

         Je dirai, enfin, à vous nos chers enfants et à notre chère jeunesse, qu’avec l’aide de Dieu, mais surtout notre volonté, 2022 constituera cette année charnière où vos peines et questionnements manifestés, trouveront des débuts de solution pour certains et une concrétisation pour d’autres. Ne perdez ni la foi, ni l’espérance en votre pays, la République Démocratique du Congo, car vous êtes l’avenir, celui de ce Congo nouveau, fier et doué de qualité, ampli d’amour et avide de progrès.

Congolaises et Congolais,

Bonne et heureuse année 2022,

Je vous remercie.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •