Confinement raté de Limete : un avertissement pour le pouvoir

0
204

L’idée de confiner la commune de Limete a fait long feu. On croit savoir que c’est suite à sa configuration géographique qui fait d’elle l’unique voie d’accès et de sortie non seulement de l’aéroport international de N’Djili, mais aussi des communes de Masina, Kimbanseke, N’Djili, N’Sele et Maluku, qui hébergent plus de la moitié de la population de la capitale. Confiner Limete signifie bloquer carrément la ville de Kinshasa, où il n’existe pas d’autre alternative de passage de la rivière N’Djili.

            La capitale est en effet restée prisonnière du plan d’urbanisation hérité de la colonisation belge, avec une seule artère, à savoir le boulevard Lumumba, reliant l’aéroport de N’Djili au centre de la ville. Cette situation devrait interpeller les autorités nationales pour réfléchir, dans un délai raisonnable, à la construction d’une seconde voie d’accès à cette porte d’entrée et de sortie du pays, car une catastrophe naturelle ou une guerre, voire une action de sabotage sont vite arrivées.

            Il est anormal que 60 après l’indépendance, le grand Congo de vivre comme si son gouvernement n’avait pas les moyens de doter sa capitale de deux ou plusieurs voies d’accès et de sortie de son premier aéroport international. Tout en condamnant les anciens gouvernants ayant passé leur temps dans les pillages des deniers publics alors qu’il y avait nécessité de moderniser les infrastructures de base à Kinshasa comme dans l’arrière-pays, le confinement « impossible » non seulement de Limete, mais aussi de plusieurs communes de Kinshasa vient de lever un pan de voile sur les conséquences inimaginables de nature à découler de l’impossibilité de franchir la rivière N’Djili par voie routière.

            A propos d’une seconde voie d’accès à l’aéroport, d’aucuns ont toujours passé au tracé de la voie ferrée de la SCTP (Société Nationale des Transports et Ports), reliant la Gare Centrale à ce site aéroportuaire, qu’il est techniquement et financièrement possible de coupler avec un axe routier. La bataille utile à mener serait le déguerpissement des occupants anarchiques des emprises de ce chemin de fer et la démolition de leurs habitations.                       Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •