Concertations nationales : Kabila donne le go le 4 septembre

0
42

Zemanta Related Posts ThumbnailTout est prêt pour la tenue  des concertations nationales. Le président de la République, Joseph Kabila, procèdera le mercredi 4 septembre 2013 à l’ouverture solennelle des concertations nationales dont il avait annoncé la tenue devant le parlement réuni en congrès  en décembre 2012, avant de les consacrer par l’ordonnance du 26 juin 2013.

La nouvelle a été rendue publique, le mardi 27 août, conjointement par le président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku, et son collègue du Sénat, Léon Kengo, tous deux membres du présidium des concertations nationales à l’issue d’une réunion consacrées aux de derniers réglages avec le groupe de contact en la salle de Banquet du Palais du Peuple.

Au cours d’un point de presse organisé pour la circonstance, les deux co-présidents des concertations nationales  ont assuré que toutes les dispositions sont prises pour que ce rendez-vous historique donne le résultat escompté.

Ils ont confirmé que le rapport final du groupe de contact a été adopté avec un règlement intérieur entré en vigueur dès l’annonce de la date de l’ouverture de ces assises nationales.

 Ce rapport final fixe clairement  les thématiques le quota  des participants, le budget, l’opposabilité à tous des résolutions à soumettre au chef de l’Etat.

Quant à l’immunité des participants aux concertations, le présidium a purement et simplement rejeté la proposition.

Deux sites sont retenus pour  abriter  les travaux. Il s’agit de la capitale congolaise, Kinshasa, et de la ville cuprifère, Lubumbashi, chef-lieu de la province du Katanga.

            A la Majorité présidentielle, on est convaincu que ces concertations  restent le cadre approprié pour résoudre tous les problèmes qui entravent la bonne marche de la nation.

            Tout en dénonçant la résurgence  de la guerre à l’Est, particulièrement à Mahagi, dans la Province Orientale, avec l’incursion de l’armée ougandaise  au moment où les fils et les filles de la RD Congo ont résolu de se concerter au-delà de leurs divergences pour consolider la cohésion nationale, Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie), a appelé à un front commun de tous les Congolais à l’issue des concertations pour faire face à cette tragédie de l’Est du pays qui n’ a que trop duré

            Le premier responsable de l’exécutif du PPRD a affirmé que plus rien ne pouvait empêcher ces concertations nationales de se tenir  et que la porte reste toujours ouverte aux Congolais encore hésitants pour les rejoindre.

            A l’opposition, José Makila a, pour sa part, de nouveau  insisté sur la satisfaction de certains préalables dont la libération des prisonniers politiques, pour que les concertations se tiennent dans un climat de décrispation politique.

« 6 millions de morts à l’est, c’est trop pour que les Congolais se parlent  »,  a-t-il martelé en invitant ses pairs de l’opposition à venir aux concertations nationales qu’ils ont réclamées lors de leur conclave de Limete.

            Pendant ce temps, une frange d’acteurs de l’opposition qui a rejeté ces concertations nationales, envisage de mettre en place incessamment, un front anti-concertations.

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC), le groupe parlementaire, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et alliés, les Forces acquises au changement (FAC), et le groupe de Jean Lucien Busa ont déjà donné leur quitus pour la concrétisation de ce front.

Sur l’avenue Pétunias, à Limete, ces assises sont ignorées par l’UDPS, principal parti de l’opposition, qui continue à réclamer la vérité  des urnes  pour la présidentielle de novembre 2011 en RDC.

ERIC WEMBA     

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*