Communiqué officiel du Gouvernement

0
115

Des images virales avec des propos révoltants, exécrables et nauséabonds tenus par le journaliste Christian Malard de la chaine de télévision 1-24 news circulent depuis ce week-end sur les réseaux sociaux.

En effet, prenant prétexte d’un simulacre d’analyse des conséquences du COVID-19, ce journaliste récidiviste, qui n’en est pas à son premier forfait, s’est permis avec désinvolture de proférer gratuitement des insultes puisées dans les plus bas instincts dignes d’une presse « des caniveaux » à l’endroit du Chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo et de Son prédécesseur.

Ces propos diffamatoires, injurieux et discourtois qui suscitent indignations et colère aussi bien dans notre pays qu’en Afrique, sont attentatoires à la dignité des dirigeants légitimes, du peuple congolais et de tous les Africains.

C’est ici le lieu de rappeler, à l’intention de tous les racistes et nostalgiques de l’ordre colonial, que l’époque des donneurs de leçon est largement révolue.

Doit-on rappeler que malgré plusieurs mises en cause des dirigeants du pays dont est issu ce journaliste qui piétine aujourd’hui allègrement les principes déontologiques et éthiques de la profession journalistique, on ne l’a jamais entendu recourir à un discours au vitriol de la même nature contre eux?

En l’espèce, il ne s’agit ni plus ni moins que d’une énième manifestation endémique de cette espèce de pulsion convulsive qui consiste à renvoyer de manière frénétique et systématique la République Démocratique du Congo, ses dirigeants et l’Afrique tout entière dans le monde des ténèbres.

 Quelles leçons devrait recevoir un Président de la République du journaliste peu scrupuleux et ignorant délibérément les réalités quotidiennes du peuple congolais? Doit-on rappeler que le Président de la République. Chef de l’Etat, est celui qui matérialise les valeurs démocratiques et républicaines qui sont au coeur des aspirations profondes du peuple congolais, à l’instar de la liberté d’expression, de la liberté de manifestation politique et de la liberté d’opinion consacrée par le grand retour de tous les opposants politiques et de la libération des prisonniers politiques?

Au-delà de l’exercice du droit de réponse, la chaine 1-24 news, qui emploie ce journaliste véreux, sera saisie de l’indignation suscitée dans le chef du Gouvernement et du peuple congolais par ces propos qui violent outrageusement tous les principes éthiques et déontologiques qui sont à la base de la profession journalistique à travers le monde. 

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo se réserve le droit de saisir les instances compétentes pour que ce journaliste indélicat ainsi que la chaine 1-24 news puissent répondre de ces calomnies et imputations dommageables à autrui et outrage envers un Chef d’Etat étranger, de sorte à dissuader définitivement ces velléités de mépris systématique à I’égard du Congo, de l’Afrique et de leurs dirigeants légitimes.

Fai à Kinshasa, le 27 Avril 2020

David-Jolino MAKELELE DIWAMPOVESA

MA-MUZINGI

Ministre d’Etat, ministre de la Communication et Médias

Porte-parole du Gouvernement

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •