Commune de Ngaliema : le Camp Luka bientôt désenclavé

0
162

Grâce au bitumage de l’avenue Mahenga et la construction de deux ponts, dont un sur la rivière Makelele, le Camp Luka, dans la commune de Ngaliema, sera relié aux communes de Selembao et Bumbu d’ici quatre mois. C’est ce qu’a annoncé le vendredi 03 juin Robert Luzolano, ministre provincial des Infrastructures et Travaux publics, devant les résidents de ce quartier ainsi que plusieurs personnalités, dont le Gouverneur de la Ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango.

C’était à l’occasion du lancement des travaux d’aménagement de l’avenue Mahenga, lesquels devraient partir du cimetière de Kintambo. Des connexions sont prévues avec les avenues Mbenseke, Bokasa, et Landu. Le coût global de ces ouvrages s’élève à 2,3 millions de dollars américains, financé sur fonds propres par le gouvernement provincial de Kinshasa. Leur durée est estimée à 4 mois. C’est l’Office des Voiries et Drainages qui a la charge de la conduite du chantier, sous le regard du Foner (Fond d’Entretien Routier).

Selon le ministre provincial Luzolano, le désenclavement du Camp Luka est à inscrire dans la vision des 5 chantiers de la République. Intervenant en dernier lieu, le gouverneur André Kimbuta a signalé que la modernisation de l’avenue Mahenge et des infrastructures connexes (deux ponts, caniveaux…) était un cadeau d’anniversaire du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, né le 04 juin 1971. Il a toutefois relever que le désenclavement du Camp Luka devrait faire quelques victimes parmi les riverains, car les bulldozers devraient raser des maisons et parcelles sur une largeur de 3 mètres, de part et d’autre de la voie principale qui devait avoir une portée de 7 mètres. Un dédommagement est toutefois prévu pour elles.

A en croire le gouverneur, l’exécutif provincial envisage de financer aussi la construction d’une polyclinique assortie d’une morgue. Tout en applaudissant l’érection prochaine d’un centre médical dans leur quartier, les résidents du Camp Luka ont violemment et publiquement protesté contre l’installation d’une morgue dans leur entité. Ils ont réclamé, à la place, l’aménagement d’un terrain de football, un vieux projet qui continue de moisir dans les tiroirs de l’Hôtel de Ville. La voix du peuple étant la voix de Dieu, André Kimbuta a dû s’incliner devant la volonté de ses administrés.

Melba Mpolo (Stg/Ifasic)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*