Civisme fiscal : Patrick Muyaya exhorte les Congolais au patriotisme

0
46

Le ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe, était encore une fois cette semaine en face des hommes et femmes des médias. C’était le mardi 14 septembre, dans le cadre du briefing presse, programme qu’il a institué il y a quelque temps.

Cette fois-ci, il a fait appel au responsable de la Coordination du Changement des Mentalités (CCM), Jacques Kangudia.

Dans son introduction, le porte-parole du gouvernement a commencé par rappeler la raison de la création de «Briefing presse», qui est un exerce de redevabilité et de transparence par lequel le gouvernement rend compte de sa gestion au public, secteur par secteur par le biais des journalistes. C’était avant d’introduire le Coordonnateur de la CCM pour  expliquer le bien-fondé du civisme fiscal ainsi que ses conséquences.

            L’exercice de ce jour vient en appui à la campagne sur le civisme fiscal lancé, le samedi 11 septembre 2021 à l’esplanade du Palais du peuple, par le Président de la République. L’objectif de cette campagne de sensibilisation est de sceller la confiance entre les citoyens et l’État.

            «La confiance doit exister entre les citoyens et l’État. Un État ne peut être fort que si ses citoyens sont capables de contribuer. A travers notre histoire, il y a des situations qui ont effrité cette confiance entre l’État Congolais et les citoyens. L’exercice d’aujourd’hui vise à voir comment resserrer de nouveau ce lien», a souligné Patrick Muyaya.

            Prenant la parole à son tour, le Coordonnateur de la CCM a indiqué que l’absence de civisme fiscal en République Démocratique du Congo est dû au manque de confiance que le peuple congolais avait fini par développer à l’égard de ses gouvernements à cause de la mauvaise gouvernance des affaires publiques.

            «La mauvaise gouvernance que nous observons aujourd’hui est la conséquence de l’accumulation de beaucoup d’antivaleurs. Et si on n’inverse pas la tendance, rien ne va réussir à cause de cette tare», a déclaré Jacques Kangudia.

            Selon lui, la présente campagne de sensibilisation au civisme fiscal va éveiller l’attention de tous, du plus haut sommet à la base, sur le danger de détournement des deniers publics, de la corruption  et tant d’autres antivaleurs.

            Pour y parvenir, a-t-il insisté, il y a nécessité de rétablir la confiance entre l’État et les gouvernés, de manière que la population se sente impliquée dans la construction du pays. En ce moment, tout le monde aura pris que le développement est l’affaire de tous, et non des seuls dirigeants.

            Pour la circonstance, le porte-parole du gouvernement a invité les responsables des services d’assiete de l’État. Il s’agit notamment de la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA), de la Direction Générale des Impôts (DGI), de la Direction Générale des Recettes Administratives Domaniales et de Participation (DGRAD). Le représentant de la régie financière de la ville de Kinshasa, à savoir la Direction Générale des Recettes de Kinshasa (DGRK) était également associé. Chacun a eu à présenter son service ainsi que les missions lui assignées.

Tout s’était terminé que la rituelle séance des questions et réponses des journalistes à la recherche de la lumière sur certaines zones d’ombre.                                          Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •