Cholera : début de la campagne de vaccination au Tanganyika, au Haut-Lomami et au Sud-Kivu

0
58


Le ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention, avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé, a lancé  la vaccination contre le Choléra successivement dans les trois  provinces les plus touchées de la RDC, à savoir : le Haut-Lomami, le Sud-Kivu et le Tanganyika. Depuis le début de l’année, la RDC a «notifié un total de 8.279 cas suspects de choléra et 153 décès dans 16 des 26 provinces du pays», selon l’OMS.

         C’est au regard de la dangerosité de cette maladie que les autorités sanitaires ont déployé de gros  effectifs dans les provinces touchées afin de maitriser la maladie et l’éradiquer. Cette vaste campagne cible deux millions de personnes âgées d’un an et plus. Elle couvrira 13 zones de santé avec environ 4 millions de doses. « Le choléra est une infection dangereuse qui peut tuer en quelques heures si elle n’est pas traitée, mais elle est prévisible et évitable», rappelle le Dr Amédée Prosper Djiguimdé, responsable du bureau de l’OMS en RDC.

         Selon l’OMS, la campagne ne se limitera pas seulement à la vaccination. Elle va s’étendre à la distribution d’eau potable, à la sensibilisation à l’hygiène et à l’assainissement, de manière à lutter efficacement contre cette épidémie. Le choléra est une maladie hautement contagieuse qui se transmet par l’eau ou les aliments contaminés. On l’appelle autrement la «maladie des mains sales». Elle provoque des diarrhées sévères et une déshydratation. Celles-ci doivent être traitées immédiatement pour éviter la mort car elle peut survenir en quelques heures seulement.

         La vaccination en cours est la deuxième campagne massive contre le choléra à travers le pays depuis le début de l’année. En mars et juillet derniers, plus de 1,4 million de personnes avaient été vaccinées dans la province du Haut-Katanga, dans le sud-est du pays.

 Prévention

         D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, la prévention repose sur l’isolement des malades avec décontamination des selles et vomissements. Dans les endroits où les conditions sanitaires sont mauvaises, les selles des personnes infectées peuvent contaminer l’eau qui peut alors transmettre la maladie à d’autres personnes.

         Il y a également les mesures d’hygiène générale à respecter comme le lavage systématique des mains, le traitement des eaux usées, la construction des latrines dans les zones de regroupements humains isolés des points d’eau potable, l’hygiène alimentaire (peler les aliments et les laver à l’eau potable).

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •