Chebeya : le commanditaire dans les nuages !

0
46

 

1er juin : une date inoubliable pour la société civile, particulièrement la famille des ONG de défense des droits de l’homme en RDC. Il y a deux ans jour pour jour, le corps sans vie de Floribert CHEBEYA était découvert dans la brousse environnante de la localité de Mitendi sur la Nationale 1 juste à côté d’une voiture de marque MAZDA appartenant au défunt. C’est lorsque la nouvelle a été répandue à travers la ville que l’on se rendit compte que Floribert CHEBEYA n’était pas seul, il était accompagné de son chauffeur et beau-frère, le regretté Fidèle BAZANA et dont le corps n’a jamais été retrouvé jusqu’à ce jour.
La triste nouvelle provoqua une pluie des protestations, non seulement au Congo mais surtout à travers le monde entier.
 Car le nom du défunt avait traversé océans, mers, fleuves, monts et vallées. C’est son épouse éplorée qui révéla que la veille, son mari lui avait fait part par un message SMS d’un rendez-vous arrangé depuis longtemps avec le général d’armée John NUMBI, alors Inspecteur Général de la Police Nationale au siège de ce corps situé derrière le Palais du Peuple. 
 
Le chef de l’Etat convoqua alors une réunion spéciale de sécurité qui prit comme mesure conservatoire la suspension de l’Inspecteur Général de la Police et de celui qui finit par paraitre comme l’élément central de cet acte ignominieux, à savoir le colonel Daniel MUKALAYI. On apprit deux jours plus tard qu’un groupe d’officiers de la Police Nationale avaient pris la fuite vers une destination inconnue, preuve que Floribert CHEBEYA et son compagnon d’infortune Fidèle BAZANA avaient été victimes d’un complot prémédité. 
 
Procès au goût 
d’inachevé  
   
Le procès qui s’ouvrit à la Cour Militaire fut émaillé des péripéties rocambolesques et tragi-comiques jusqu’au verdict rejeté avec force par les familles des victimes et toutes les organisations de défense des droits de l’homme. Des manifestations publiques de protestation furent organisées à travers toutes les capitales de l’Occident par les Africains, Européens, Asiatiques ainsi que les organisations de défense des droits de l’homme. Cependant, l’accusé principal, à savoir le colonel Daniel MUKALAYI, interjeta appel au même titre que les familles des victimes qui, à la différence de celui-là, sont convaincues que le commanditaire de cet assassinat reste tapis dans l’ombre. Deux ans après, pas un mot sur l’ouverture de cette affaire devant la Haute Cour Militaire. 
Il y a une semaine, la ville a été secouée par une rumeur persistante de tentative de suicide du colonel Daniel MUKALAYI. Lequel aurait mal digéré une allusion à ce procès par un officiel du gouvernement en réponse à une question sur ce dossier scabreux.
 
Commémoration de cet assassinat
 
Comme l’année dernière, les organisations de défense des droits de l’homme et autres amis et connaissances de deux victimes vont organiser des manifestations commémoratives ce vendredi. Le programme prévoit une cérémonie de recueillement sur la tombe de l’illustre activiste des droits de l’homme située au cimetière de Benseke-Futi suivi de dépôt des gerbes des fleurs. La ministre de la Justice ou son délégué prononcera un mot qui sera suivi par d’autres délégués des ONG de défense des droits de l’homme et acteurs de la société civile. Vers 12h30’ le cortège reviendra en ville jusqu’à la Cathédrale Notre-Dame du Congo pour la projection d’un film sur le travail d’un défenseur des droits de l’homme. Ensuite, une conférence-débat sera animée par d’éminentes personnalités de la société civile, notamment Me MWILA Kayembe, Fernandez MURHOLA et Mme la Ministre de la Justice. Vers 16h30’, un culte d’actions de grâce sera célébré en mémoire du défunt.
 
Castro 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*