Ceni : les adieux de Corneille Nangaa

0
73
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI

Après l’annonce du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi,  de la signature de l’ordonnance portant investiture de la nouvelle équipe dirigeante de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le président sortant de cette institution d’appui à la démocratie a communié hier lundi 25 octobre 2021, pour la dernière fois,  avec les cadres et agents de la centrale électorale.   Corneille  Nangaa   Yobeluo a demandé à l’ensemble du personnel de soutenir la nouvelle équipe  qui sera désormais sous la responsabilité de Denis Kadima, au-delà même du soutien dont il a bénéficié durant son passage à la tête de ladite institution.

         Il sied de noter que les nouveaux membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), avec à la tête Denis Kadima, vont prêter serment ce mardi 26 octobre 2021 devant la Cour constitutionnelle, conformément à la loi organique portant organisation et fonctionnement de la centrale électorale.  Cet expert électoral a été formé à l’Université de Lubumbashi et a obtenu un master d’une des plus grandes universités sud-africaines, celle de Witwatersrand. Fort de cette expérience, il a apporté un appui technique à différentes missions d’observation avec l’Union africaine, la Cédéao ou encore la Sadc. Il a participé à plus de 80 processus électoraux. Ce fut par exemple le cas au Soudan, en Tunisie et, plus récemment, en Côte d’Ivoire, où il a conduit la mission conjointe avec le Carter Center lors de la présidentielle d’octobre 2020.

Perside Diawaku

Mot d’au revoir du président sortant de la Ceni

Mesdames et messieurs, chers cadres et agents de la CENI ;

         Nous voici au bout d’une longue route parcourue ensemble. J’ai tenu à ce que nous ne nous quittions pas sans nous dire au revoir et ce, en bonne et due forme. C’est pour cela que j’ai demandé au Secrétaire exécutif national d’organiser cette petite séance d’au revoir.

         Après ma désignation comme président de la Commission électorale nationale indépendante par les confessions religieuses et l’entérinement de cette candidature par l’Assemblée nationale ainsi que mon investiture par l’ordonnance présidentielle n° 15/083 du 16 novembre 2015, j’ai prêté serment le 19 novembre 2015 et ai pris possession de mes fonctions le lendemain.

         Demain, mardi 26 octobre 2021, ce sera le tour de mon successeur, en la personne de Monsieur Denis KADIMA KAZADI, de prêter serment. J’en profite pour leur présenter, à lui et à toute son équipe, mes vives félicitations.

         Dans les heures qui suivront, je vais devoir passer la main.

         Je vous ai réunis pour deux, trois choses :

Premièrement, rendre grâce, avec vous, à Dieu Tout-Puissant qui a rendu possible tout ce que nous avons pu faire ensemble pour la République.

Deuxièmement, remercier ceux avec qui nous avons accompli notre mission. Il s’agit de l’équipe politique constituée par mes collègues membres du Bureau et de la plénière. Mais aussi et surtout, des techniciens d’élections que vous êtes, ma base pour ainsi dire (car je n’étais pas un homme seul), qui a permis d’en arriver aux résultats que nous avons atteints.

         Pour en arriver là, nous avons connu des moments difficiles et des moments agréables. S’agissant des moments difficiles, je pense aux situations troubles qui ont émaillé le processus et qui

ont endeuillé notre institution. A cet égard, je garde une pensée pieuse pour tous ceux qui nous ont quittés pendant les opérations.

         Je pense également au travail dans des conditions difficiles et dans des endroits à haut risque sécuritaire. Je me souviens des travaux intenses effectués à Laval en France, ceux faits à Séoul en Corée du Sud pour la production des machines à voter ayant servi aux dernières élections. On ne peut éluder les pressions subies contre cet outil qui a fini par prouver son efficacité,  démontrant a posteriori qu’elle était la solution idoine dans le contexte spécifique de notre pays.

         Je m’en voudrais de ne pas évoquer des situations délétères dans lesquelles les agents ont été déployés, parfois au péril de leurs vies, notamment le phénomène Kamwina Nsapu dans l’espace Kasaï, les groupes armés à l’Est, les conflits ethniques entre communautés au Tanganyika (Kalemie) et au Maï Ndombe (Yumbi) ainsi que le phénomène Ebola au Nord Kivu.

         Dévoués, bravant les risques, nous avons atteint ensemble les résultats attendus. Ce dont je vous remercie de tout cœur. Mon sentiment, c’est que la mission est accomplie.

         S’agissant des moments agréables, je me contenterai de mentionner le plus sublime et emblématique, à savoir « l’alternance pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat, la première advenue depuis l’accession de notre pays à sa souveraineté nationale et internationale ». Vous avez donc joué un rôle de pionniers. Oui, vous l’êtes et soyez-en fiers, car grâce

à votre travail, la République Démocratique du Congo a aujourd’hui un Président élu, en fonction, et un ancien président de la République vivant dans son pays (le tout premier). Ce n’est pas peu.

         Tout en vous exprimant ainsi l’hommage de ma reconnaissance, je dois en même temps avouer que les actes posés par ma personne ou sous mon leadership, n’auront pas toujours fait l’unanimité. Aussi vais-je demander humblement à tous ceux qui se seront sentis lésés ou offusqués en quelque façon, de bien vouloir m’accorder leur indulgence.

         Si je peux me permettre une dernière recommandation, c’est de vous inviter à soutenir le nouveau management même au-delà du soutien que vous m’avez apporté.

         En fait, vous faites partie des institutions, et en cette noble qualité, vous n’êtes pas des militants des partis politiques quelles que soient vos convictions personnelles. Soutenez donc le nouveau mangement et cela honorera la République.

         Cette réunion est certainement la dernière que je tiens avec vous en qualité de Président de la CENI s’adressant aux cadres et agents de l’Institution. Tout en vous réitérant mes remerciements, je voudrais donc d’ores et déjà, vous dire au revoir et vous encourager à poursuivre avec le même dévouement votre tâche exaltante au service de la Nation.

Je vous remercie.

CORNEILLE NANGAA YOBELU

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •