La Cenco ouvre le bal avec Tshisekedi

0
427
Au centre le Cardinal Laurant Monsengwo Pasinya et les éveques du Congo à Kinshasa lors de la premiére célébration du cardinal devant les fidèles catholique. Radio Okapi / Photo John Bompengo
Au centre le Cardinal Laurant Monsengwo Pasinya et les éveques du Congo à Kinshasa lors de la premiére célébration du cardinal devant les fidèles catholique. Radio Okapi / Photo John Bompengo
Au centre le Cardinal Laurant Monsengwo Pasinya et les éveques du Congo à Kinshasa lors de la premiére célébration du cardinal devant les fidèles catholique. Radio Okapi / Photo John Bompengo

Vingt-quatre heures après avoir fait rapport au Chef de l’Etat de sa mission de bons offices auprès des parties prenantes à la crise congolaise et reçu de ce dernier, le feu vert pour la poursuite de ce travail de médiation, la Cenco (Conférence Episcopale Nationale du Congo) a lancé, hier mardi 06 décembre 2016 au Centre Interdiocésain,
à Gombe, le round des consultations des forces politiques et sociales. Le Premier à ouvrir le bal était Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) et président du Conseil des Sages du Rassemblement.

Dans la foulée, des sources crédibles ont signalé le défilé de plusieurs délégués des parties signataires et non signataires de l’Accord politique du 18 octobre 2016, notamment Alexis Thambwe Mwamba et Vital Kamerhe (co-modérateurs du dialogue de la Cité de l’Union Africaine), Adolphe Lumanu (participant pour le compte de la MP),
Fidèle Babala (MLC, non signataire de l’Accord politique), etc. La liste des « invités » de la Cenco n’est pas exhaustive.

A en croire des fuites d’information parvenues au Phare, l’opposant historique était appelé par les Evêques Catholiques d’abord pour authentifier le cahier de charges déposé auprès d’eux par sa plate-forme politique, mais aussi confirmer leur volonté d’aller vers un consensus politique pour la période de transition et le processus
électoral.

Le fait que Tshisekedi ait accepté de quitter sa résidence de Limete pour la « lointaine » commune de Gombe, alors que depuis octobre, date du début des contacts de la Cenco avec la Majorité Présidentielle et le Rassemblement, il ne bougeait pas de chez lui en dépit du défilé de plusieurs ambassadeurs et envoyés spéciaux des présidents de l’Angola et du Congo/Brazzaville, donne à penser que la course contre la montre
est sérieusement engagée contre l’échéance du 19 décembre 2016.

C’était aussi, pense-t-on, une manière pour le chef de file du Rassemblement de démentir les accusations selon lesquelles il serait hostile à tout règlement pacifique de la crise politique actuelle et serait viscéralement attaché à un schéma d’embrasement de la RDC.

On croit savoir que Thambwe Mwamba, Vital Kamerhe, Fidèle Babala et d’autres leaders des forces politiques et sociales ayant effectué hier le déplacement du Centre Interdiocésain, étaient également sondés pour donner leurs avis et considérations sur les pistes de sortie de la crise.

A en croire des sources dignes de foi, la Cenco a demandé aux différents chefs des « composantes » d’apprêter les listes de leurs délégués aux négociations directes qui devraient démarrer incessamment entre la Majorité Présidentielle et les différentes sensibilités de l’opposition. On laisse entendre que ces listes seraient attendues
pour ce mercredi 07 décembre 2016.

Contrairement à ce que certains pensent, les prélats catholiques sont passés à la vitesse supérieure. Ils savent que le temps leur est compté et qu’un compromis politique inclusif doit être trouvé sans tarder. La Cenco n’ignore pas qu’elle doit aller vite, de manière que
si la Majorité Présidentielle et le Rassemblement parvenaient à vider leurs divergences, la « bonne nouvelle » soit portée suffisamment à temps à la connaissance de l’ensemble des Congolais. Cela éviterait à tous une situation difficile à gérer à partir du 19 décembre 2016.
Kimp

COMMUNIQUE OFFICIEL DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

1. Ce .lundi 5 décembre 2016, le Président de la Rép.ublique, Chef. de l’Etat, Son Excellence Monsieur Joseph KABlLA KABAI\JGE, a reçu en audience la délégation de la Conférence Episcopale du Congo, CENCO en sigle, conduite par Son Président, Monseigneur l’Archevêque Marcel UTEMBI TAPA, et composée en outre, de son Vice-Président, Monseigneur l’Archevêque , Fridolin AMBONGO.

Cette audience intervient après que le Président de la République a pris connaissance, par voie des médias, d’un Communiqué de la CENCO faisant état de quelques difficultés rencontrées et des réactions diverses à cette communication.
2. Au cours de l’audience, le Président de la République a obtenu de la délégation, des informations sur la mission qui avait été confiée à la CENCO en date du 29 octobre 2016.
3. La délégation de la CENCO a présenté au Chef de l’Etat un rapport d’étape sur la mission de bons offices susvisée, consistant à approcher les autres acteurs de l’Opposition n’ayant pas participé au dialogue, en vue d’obtenir un plus large consensus sur l’Accord politique pour l’organisation des élections apaisées, crédibles et transparentes en République   Démocratique du Congo, signé le 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union Africaine.

Pour rappel, l’article 24 dudit Accord stipule:

«Le présent Accord est ouvert à la signature d’autres partis politiques et regroupements politiques ainsi qu’aux autres organisations de la société civile qui s’engagent à respecter toutes ses dispositions »,
1. La délégation. a terminé son rapport en souhaitant que le travail entamé soit poursuivi dans les meilleurs délais.
2. Réagissant à ce rapport, après avoir reçu les observations du Secrétaire Général de la Majorité Présidentielle, le Chef de l’Etat a pour sa part :
1° Encouragé la CENCO à poursuivre la mission entreprise. après l’avoir assurée de tout son soutien;
2° Attiré l’attention’ de’ la CENCO sur la nécessité d’obtenir l’authentification formelle des documents de travail fournis par différentes composantes politiques et sociales concernées, signataires et non-signataires de l’Accord politique;
3° Réitéré son attachement au respect de la Constitution et de l’Accord politique du 18 octobre 2016 en tant que feuille de route relative au règlement des divergences sur l’organ’isation du processus électoral en République Démocratique du Congo, les observations des uns et des autres       pouvant         faire   l’objet         des     discussions     entre les  acteurs    politiques  et  sociaux         susvisés        en      vue     de l’enrichissement        éventuel        de      l’Accord        précité,        dans    les  formes requises;
4° Demandé que des appels à l’apaisement soient lancés par différents
groupes et organisations qui prônent le recours à la violence à leurs
membres.
Fait à Kinshasa, le 5 décembre 2016
Le Cabinet du Président de la République
Néhémie MWILANYA WIILONDJA/Directeur de Cabinet
COMMUNQIUE DE PRESSE DE LA CENCO SUR SA MISSION DE BONS OFFICES AUPRES
DES ACTEURS POLITIQUES ET DES FORCES
VIVES DE LA NATION
1. Face à la crise socio-politique que traverse notre pays, la
Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), fidèle à sa mission
prophétique, s’est engagée à entreprendre des bons offices auprès des
Acteurs politiques et des forces vives de la République Démocratique
du Congo afin de contribuer à ramener la paix et la cohésion
nationale.

2. Cette mission a été encouragée par le Président de la  République
et par  tous les acteurs politiques ayant pris part au Dialogue
national tenu à la Cité de l’Union Africaine (UA) d’une part, et par
les Acteurs politiques et les Forces vives n’ayant pas participé à ce
dialogue, d’autre part. Par ailleurs, cette initiative de la CENCO est
également soutenue par le peuple congolais ainsi que par l’ensemble de
la Communauté internationale.

3. En effet, la CENCO est allée à la rencontre des parties prenantes
pour les écouter et recuellir leurs propositions en vue de rapprocher
les points de vue des uns et des autres pour une sortie pacifique de
la crise.

4. A ce propos, la CENCO s’est donnée le temps nécessaire, tenant
compte de la délicatesse de la mission, d’approfondir, outre l’Accord
politique issu du Dialogue national, les documents mis à sa
disposition par les parties prenantes, notamment les memos du
Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement
et du Front pour le Respect de la Constitution.

5. Ce travail a  relevé qu’il y avait beaucoup de points de
convergence entre les parties prenantes. Cependant, la CENCO a noté
des divergences qui nécessitent des échanges divers sur les points
suivants :

La fin de la crise politique aiguë en RDC c’est pas pour demain hélas!
Et pour cause la mission des bons offices de la CENCO, considérée
comme celle de la dernière chance, a échoué. De l’aveu même du
président de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Marcel
Utembi, archevêque de Kisangani, malgré les points de convergence
entre Pouvoir et Opposition (Rassemblement et Front Citoyen pour le
respect de la Constitution), plusieurs points de divergences
demeurent, se désole-t-il sans désespérer pour autant. Dans le
communiqué rendu public le vendredi 2 décembre, la CENCO liste 6
divergences entre les protagonistes de la crise. Il s’agit de: la
compréhension du concept respect de la constitution, du processus
électoral ( séquence, calendrier, financement, etc), du fonctionnement
des institutions pendant la transition, des mesures de décrispation,
des mécanismes de suivi de l’Accord politique, et du compromis
politique à trouver. Sur tous ces points aucun consensus n’a été
possible. Pour surmonter ces obstacles, la CENCO préconise des
négociations directes entre Kabila, Tshisekedi (Rassemblement) et
Bazaïba (Front pour la défense de la Constitution). Mais devant
l’evidence de l’échec des négociations à ce stade, les catholiques
prennent à témoin le peuple et la communauté internationale. Quant aux
protagonistes de la crise, les prélats en appellent à leur sens élevé
de responsabilité pour éviter au pays de sombrer dans le chaos. En
ont-ils seulement un pour que l’appel de la CENCO soit entendu?

(Le communiqué de la CENCO)

1° Constitution : compréhension du concept du respect de la
Constitution et de ses implications en rapport avec la crise actuelle;
2° Processus électoral : séquences, calendrier, finanement des
élections; indépendante de la CENI et du CSAC;
3° Fonctionnement des institutions pendant la période de la transition;
4° Mesures de décrispation politique;
5° Mécanisme de suivi de l’Accord politique;
6° Forme du compromis politique à trouver;
6° Sur ces divergences, la CENCO estme que, autour d’une table, dans
un format réduit, un compromis politique est encore possible si les
parties prenantes s’y engagent et font preuve de bonne volonté.
La CENCO reste disponible à porter ses bons offices
7° L’heure est grave, aussi la CENCO, forte de sa mission rophétique,
prenant à témoin le peuple congolais et la communauté internationale,
en appelle-t-elle à la responsabilité et à la bonne volonté politique
des uns et des autres pour éviter à notre pays de sombrer dans une
situation incontrôlable.
8° Que la Vierge Marie, Reine de la paix, intercède pour notre peuple
et pour notre pays.

Kinshasa, le 02 décembre 2016

Marcel UTEMBI TAPA
Archevêque de Kisangani
Président de la CENCO

Fridolin AMBONGO BESUNGU
Archevêque nommé de Mbandaka-Bikoro
Administrateur Apostolique de Bokungu-Ikela
Vice-Président de la CENCO

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •