CEEAC: un appel de soutien à Fatshi

0
73

C’est depuis 2009 que la République Démocratique du Congo avait disparu de l’exécutif  de la Communauté Économique des États d’Afrique Centrale (CEEAC). Mais tout a changé avec la participation du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, à deux rencontres, dont l’une en décembre 2019 et l’autre le 30 juillet 2020, en vidéo-conférence, à Libreville, suite aux contraintes liées à la pandémie du Covid-19.  Comme premier dividende du changement de politique diplomatique,  le pays vient de gagner le poste de ‘’Commissaire à la promotion du genre, développement humain et social ».

            Le Directeur des Affaires Politiques et du Mécanisme d’Alerte Rapide de l’Afrique Centrale (MARAC), Baudouin Hamuli Kabarhuza, a salué chaleureusement cette victoire diplomatique. Il a rappelé que la CEEAC a pris acte de l’arrivée à Libreville, son siège, des instruments de ratification du Traité révisé, parmi lesquels celui de la RDC. Ce qui garantit l’entrée en vigueur dudit Traité en août 2020.

            Parmi les innovations intervenues dans le Traité, il convient de signaler la transformation du Secrétariat général en « Commission de la CEEAC », à laquelle incombe désormais la responsabilité de conduire de manière collégiale les politiques et programmes régionaux dans les domaines de la paix et de la sécurité, de l’intégration économique régionale, de l’environnement et de l’agriculture, des infrastructures et de l’énergie, de la jeunesse, de la culture, de l’éducation et de la promotion du genre. Elle devra s’assurer que les politiques communes dans tous ces domaines, y compris la bonne gouvernance, sont respectées par tous les Etats membres.

Accompagner le chef de l’État

            En 2015, alors Coordonateur national auprès de la CIRGL (Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs), l’ambassadeur Baudouin Hamuli avait été retiré de ce poste pour aller représenter la RDC à la CEEAC en qualité de Directeur des Affaires Politiques et du Mécanisme d’Alerte Rapide. C’était pour boucher un  long vide laissé par le départ du professeur Tiker Tiker qui était Secrétaire général adjoint chargé de l’administration et des finances jusqu’en 2009.  

             Suite au retour en force de la RDC à la CEEAC, Baudouin Hamuli exhorte tous les leaders politiques et sociaux congolais, ainsi que  les  intellectuels,  à accompagner le Président de la République dans sa croisade diplomatique au sein de cette organisation régionale. «Il faut  saisir la portée des responsabilités africaines de notre pays. Pour ce faire, il faut absolument réduire les querelles  internes inutiles et concentrer les efforts sur les intérêts stratégiques. La construction d’une démocratie participative et apaisée et  l’instauration d’une la bonne gouvernance sont des conditions de base  pour améliorer notre image extérieure.  En effet, nous ne pouvons  prêcher sur le terrain africain que par de bons exemples dans la vie nationale», a souligné le Directeur des Affaires Politiques et du Mécanisme d’Alerte Rapide de l’Afrique Centrale (MARAC).

             Il a retenu deux leçons des activités diplomatiques du Chef de l’Etat. «La première est que la politique régionale du Président Félix Tshisekedi commence à porter des fruits. Hier, c’était le renforcement du bon voisinage. Aujourd’hui, c’est la participation à la construction d’un destin régional commun. A partir de janvier 2021, le Président de la République sera à la tête de l’Union Africaine. La deuxième est que notre pays se réveille enfin lentement mais sûrement. Mais nous devons nous adapter à la vitesse à  laquelle les affaires  du monde se traitent actuellement.  Nous devons éviter de cumuler des retards à honorer les engagements internationaux».

Dorcas NSOMUE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •