Caritas a remis 4 motos aux communautés dépendantes de la forêt

0
61

L’Abbé Eric Abedilembe, premier secrétaire exécutif adjoint de l’asbl/Caritas-Congo, a remis quatre motos aux représentants des organisations membres du REPALEF (Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la Gestion Durable des Ecosystèmes Forestières de la RDC). La cérémonie de remise a eu lieu hier mardi, 23 janvier 2018, au siège de Caritas-Congo, dans la commune de la Gombe. Un don consenti dans le cadre du « Projet d’Appui aux Communautés Dépendantes de la Forêt en RDC (PACDF) ». Il a rappelé que le PACDF s’appuie actuellement sur le « Mécanisme spécial de dons dédié aux peuples autochtones et communautés locales », une fenêtre spéciale additionnelle du Projet d’Investissement des Forêts (PIF) financés par
le Fonds National REDD.

Il a signalé que le projet PACDF est constitué de trois composantes
visant respectivement le renforcement des capacités dans le processus
de gestion des forêts et des terres liées à la REDD+ ; le soutien de
la gestion durable et communautaire des forêts et des terres, et
enfin, le renforcement des capacités pour la mise en œuvre des
activités de développement et la consolidation  de la circulation
d’information entre les populations autochtones et les communautés
locales. Il a conclut que c’était dans le cadre de la troisième
composante que son organisation, la Caritas-Congo, a signé un contrat
avec le REPALEF pour assurer la gestion des plaintes et le suivi de
satisfaction des microprojets afin de faire remonter les informations
liées à la satisfaction des communautés jusqu’au comité de pilotage.
Il convient de noter que le contrôle et la mesure du taux de
satisfaction effectués par le REPALEF visent à s’assurer que les
communautés tirent véritablement profit du projet et que les
populations autochtones et les communautés locales traitent de manière
adéquate les éventuelles réclamations. Pour l’Abbé Eric Abedilembe,
les motos remises dans ce cadre vont faciliter des visites et tournée
régulières des points focaux installés dans quatre provinces, à
savoir, Kasaï-Oriental ; Kasaï-Central ; Maï-Ndombe et Tshiopo pour
collecter des plaintes sur base d’un calendrier public et prévisible,
et s’assurer que le projet est correctement mis en place avec la
participation des populations autochtones et les communautés locales.
Il a terminé son mot de circonstance en affirmant la volonté de son
organisation de ne ménager aucun effort pour conduire à bien les
projets lui confiés et en remerciant ses partenaires que sont la
Banque mondiale et le Fonds National REDD. A sa suite, les
représentants des organisations membres du REPALEF lui ont également
témoigné  leur reconnaissance.          SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •