Campagne de déstabilisation de la candidature du Gouverneur Bobo Boloko Bolumbu à l’Equateur par une prétendue Société civile fabriquée par l’un de ses adversaires

0
92

En prélude aux élections du Gouverneur et Vice-gouverneur de la Province de l’Equateur, une prétendue Société civile serait mise en place par l’un des candidats au poste de Gouverneur qui s’emploie mordicus à discréditer à jamais la personne de Son Excellence Monsieur  BOBO BOLOKO BOLUMBU, actuel Gouverneur par des accusations montées de toutes pièces au profit de son géniteur  connu de tous.

Dans la Province de l’Equateur, point n’est besoin de rappeler à l’opinion tant nationale que provinciale  qu’il existe un cadre de concertation de la Société civile piloté par Monsieur Fabien MONGUNZA, son Président ; également Président de la Société civile de l’Equateur, « SOCIPEQ » en sigle. La Nouvelle Société civile quant à elle, est dirigée par Monsieur TORRO MBANGI, son Coordonnateur et le REDIC par Monsieur Guillaume LOLEKA.

            Toutefois, s’agissant de leur correspondance du 1er  mars de l’année en cours adressée au Professeur LUZOLO BAMBI, alors Conseiller en matière de Bonne gouvernance de Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président Honoraire de la République Démocratique du Congo, ces imposteurs , par mauvaise foi, accusent gratuitement Son Excellence Monsieur BOBO BOLOKO BOLUMBU de spoliation à outrance du patrimoine de l’Etat et de la gestion calamiteuse de la DGRPEQ, sans en apporter la moindre preuve.

Curieusement, Messieurs Barnabé BONGAMBO, Jean INONGA, Cyrille YANGO et Daniel LOKULI, tous, bien que membres des différentes Organisations de la Société civile, mais non mandatés par Monsieur Fabien MUNGUNZA, Président de la Société civile de l’Equateur, « SOCIPEQ » en sigle, seul habilité à engager la Société de l’Equateur ; n’ont aucunement  la qualité de parler au nom et pour le compte de cette Organisation citoyenne. Le faire serait sans nul doute de la témérité teintée d’un caractère  ignorant .

            Ainsi,  il y a lieu de relever à l’attention particulière de Monsieur Barnabé BONGAMBO et sa bande que s’agissant de la prétendue  spoliation des terrains relevant du domaine tant public que privé de l’Etat, dont le Gouverneur BOBO BOLOKO BOLUMBU serait auteur, n’est que l’œuvre de la mauvaise foi.  Et pour preuve, le rapport de la Commission parlementaire chargée d’enquêter sur lesdits espaces du domaine tant public que privé de l’Etat en Province, dirigér par l’Honorable Député provincial BADJOKO MBOKAMONENE de la législature passée, n’a brandi aucun arrêté provincial portant désaffectation des terrains du domaine public tant public que privé de l’Etat en Province signé par l’actuel Gouverneur de la Province de l’Equateur, Son Excellence Monsieur BOBO BOLOKO BOLUMBU. Mais par souci de  restaurer l’Autorité de l’Etat dans ce domaine, plusieurs mesures ont été prises au cours des différents Conseils des Ministres et dont les effets sont à ce jour visibles, à savoir la suspension des travaux de construction dans plusieurs endroits concernés  et la démolition. Pour plus de précisions, il y a lieu de se référer au rapport de la Commission BADJOKO et le rapport du Ministère provincial en charge des ITPR, URBANISME, HABITAT et AFFAIRES FONCIERES.

            En effet, Son Excellence Monsieur le Gouverneur de Province BOBO BOLOKO BOLUMBU a été élu à la tête de la Province de l’Equateur après le départ de l’ASF et de signaler par la même occasion que concernant la disparition de ce  véhicule, un dossier judiciaire était ouvert  à charge du chargé des missions de  Madame Jeanine INTOMBI, assumant alors l’intérim du Gouverneur de la Province de l’Equateur, au moment de la commission de ces faits infractionnels. A ce jour, la Province n’a aucunement fait état d’une prétendue disparition de deux véhicules NISSAN servant à la suite du cortège du Gouverneur.

            De tout ce qui précède, le Gouverneur BOBO BOLOKO est victime d’un climat de paix et quiétude instauré par lui, les actions concrètes à impact visible en faveur de sa population depuis qu’il est à la tête de l’Equateur. Comme vous le savez, la Province de l’Equateur, citée parmi celles ayant des potentialités énormes sur tous les plans et devant booster son développement général aujourd’hui, a besoin d’un acteur de développement de la taille de BOBO BOLOKO en vue de sauver l’Equateur.

            Par voie de conséquence, comment peut-on imputer une gestion calamiteuse, opaque, détournement des deniers publics, corruption, violation des Droits de l’homme, avènement des «KULUNA» à Mbandaka, l’entrave au bon fonctionnement de l’Assemblée Provinciale datée d’il y a six ans, à une année de gestion de Gouverneur BOBO ? Non, c’est plutôt de la sorcellerie et la mauvaise fois, la mémoire des Equatoriens est encore fraiche et Mbandaka n’oubliera jamais ces atrocités.

                                               Fait à Mbandaka, le 21 Mars 2019

Didier BOTEFEDJA conseiller en Communication, Nouvelles Technologies de l’Information et Communication Porte-Parole du Gouverneur.

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •