Cadres et agents de la Ceni en formation sur l’actualisation de la cartographie des opérations

0
161


Venus de toutes les provinces de la République Démocratique du Congo, 273 cadres et agents de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) sont actuellement en formation sur l’actualisation de la cartographie des opérations électorales. Durant 7 jours, soit du 1er au 07 avril 2022, ces délégués des 26 provinces  sont appelés au sens de responsabilité, d’éthique et de mora

       Cette formation, lancée par Denis Kadima, Président de la Ceni,au Centre d’accueil Caritas, dans la commune de la Gombe, en présence des membres de son bureau et de la plénière, sera suivie de plusieurs autres dans les jours à venir.

        A deux niveaux, elle a été précédée,  par un atelier d’harmonisation aussi bien sur le site précité qu’au siège de la Centrale électorale. Celle-ci se poursuivra dans les jours à venir jusqu’au niveau des 179 antennes que compte la Ceni.

      Circonscrivant le contexte de cette série de déformations, Denis Kadima a fait savoir qu’après trois cycles électoraux, le moment est venu de tenir compte de différentes évaluations, observations et recommandations faites à la Ceni concernant notamment  la cartographie opérationnelle.

             Il a précisé que la Commission Electorale Nationale Indépendante dispose d’une expertise avérée dans l’organisation des élections. Celle-ci ne suffit pas et il faut la création d’une nouvelle vision, une nouvelle image de la Ceni. D’où le sens de différents séminaires organisés.

        Cette nouvelle vision et  nouvelle image de la Ceni peuvent être résumées, a explicité Denis Kadima, en la volonté de placer l’homme au centre de toute chose.  Et en même temps, placer la femme à part égale avec l’homme. L’argent sera au service de l’homme, de la communauté et non l’inverse.

Un comportement 

exemplaire attendu

         Rappellant aux participants  la qualité du travail attendu par toute la communauté nationale, le président de la centrale électorale a attiré leur attention sur leur  comportement en tant que missionnaires appelés à être déployés à tous les niveaux de la cascade de formations.

            Soulignant qu’aucune complaisance ne sera tolérée ni dans le recrutement, ni dans les affectations, encore moins dans la collecte des données cartographiques au niveau de différentes entités de la République,Denis Kadima a invité les participants à ne pas céder aux intimidations et influences des acteurs politiques et sociaux. Chacun est tenu de travailler en interrogeant toujours sa propre conscience. Car, l’évolution sera faite en fonction du rendement fourni dans l’aire de compétence. Toute  méconduite sera sévèrement sanctionnée.

            Reconnaissant la complexité des défis à relever mais qui ne peuvent pas rendre impossible la mission leur assignée, Denis Kadima a également attiré leur attention  sur un certain nombre de préoccupations concourant à l’amélioration de l’organisation du processus électoral par une gestion efficiente de la cartographie des sites de vote et des centres d’inscription.

             Il s’agit de voir comment réduire les distances entre les électeurs et les centres d’inscription; comment équilibrer la répartition des centres d’inscription entre provinces et à l’intérieur des provinces entre les territoires et autres entités. Au regard de la réalité des voies de communication, comment gérer la problématique des entités à accès difficile pour que les préposés à la collecte arrivent effectivement dans tout lieu habitable.

         Paul Muhindo Mulemberi, rapporteur adjoint de la Ceni,  a recommandé aux participants d’être assidus car une série d’évaluations sera organisée  en vue de vérifier l’acquisition des connaissances et compétences.

            A la suite de ce niveau de la formation, a-t-il fait savoir, les missionnaires de la Ceni vont parcourir le territoire national pour assurer celle des niveaux 2 et 3.

            Thotho Mabiku Totokani, secrétaire exécutif national quant à lui, s’est penché sur la valeur à accorder à la cartographie opérationnelle . Selon lui, c’est le socle même de toutes  les opérations électorales à venir.

            Sylvie Birembano Balume, en sa qualité de questeur adjoint, a relevé les aspects logistiques liés notamment à l’état des lieux des entrepôts, à la fonctionnalité des matériels comme les machines à voter et les kits d’enrôlement.  Il a également évoqué au passage l’inventaire des matériels moyens roulants et flottants dont dispose la Centrale électorale en vue d’accomplir la mission lui assignée.                       

                     Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •