Bureau définitif de l’Assemblée nationale : Lokondo éliminé… Mabunda candidate unique

0
359

Le duel tant attendu entre Jeannine Mabunda  et Henri Lokondo, pour la présidence du Bureau définitif de l’Assemblée Nationale, n’aura finalement plus lieu.

La candidate de la coalition FCC-CACH au perchoir de l’Assemblée Nationale est  restée seule dans la course.

Son principal challenger, Henri Thomas Lokondo, a été éliminé hier lundi 22 avril 2019 par la plénière de la chambre basse du Parlement, à la suite de la motion incidentielle du député national Nzekuye. Selon de cet élu membre du PPRD, la candidature de Lokondo devait être rejetée  pour n’avoir pas reçu la bénédiction de son regroupement politique, Palu et Alliés, membre du Front Commun pour le Congo (FCC).

            François Nzekuye était soutenu, dans sa démarche, par son collègue du PALU, Willy Makiashi, qui a fait remarquer qu’Henri Thomas Lokondo, élu sur la liste du Regroupement politique « PALU et Alliés », ne pouvait pas se présenter en indépendant.

            Dans sa Réplique, Henri Thomas Lokondo a souligné que le regroupement politique, « PALU et Alliés », n’a, à sa connaissance, jamais signé l’acte constitutif ni adhéré au FCC.

            Selon lui, certains cadres du PALU ont signé l’acte constitutif du FCC à titre individuel, ce qui n’engage nullement la plate-forme « Palu et Alliés ».

            Après un débat houleux, la motion de Nzekuye, bien que qualifiée par le bureau provisoire de « non réglementaire » mais « politique », a été finalement passée au vote et adoptée par la plénière de l’Assemblée nationale, ce qui a automatiquement consacré l’invalidation de Lokondo.

En réaction, l’élu de Mbandaka a refusé de s’avouer vaincu.

Il a persisté et signé qu’il allait se présenter, ce mardi 23 avril à la plénière « élective », dans l’étoffe de candidat à la présidence de l’Assemblée nationale.

            Lokondo a fustigé le fait que le président du bureau provisoire de cette institution a subi des pressions pour le faire éliminer de la course, pour des raisons politiques. 

Fabrice Puela de nouveau recalé

            Déclaré non partant pour le poste de Rapporteur adjoint au bureau définitif de l’Assemblée nationale, lors de la plénière du samedi 20 avril, Fabrice Puela a tenté, en vain, de revenir dans la course lors de la plénière d’hier lundi.

            Sa candidature a de nouveau été rejetée, séance tenante, par le bureau provisoire de l’Assemblée nationale, parce que n’ayant pas reçu le quitus de son regroupement politique, la Dynamique de l’Opposition.

            Bien avant l’élimination de Lokondo, les 15 députés fraichement élus dans les territoires de Beni, Butembo et Yumbi ont été validés.

            Aussitôt revêtu du statut de député national, Mohindo Nzangi a sollicité la réouverture du dépôt des candidatures au bureau définitif, afin de lui permettre de postuler au poste de 2me vice-président.

            Hélas, la motion d’ordre de l’élu de Butembo a été rejetée après l’intervention de Geneviève Inagosi, qui a rappelé que dans le passé, l’Assemblée nationale avait procédé au vote des membres du bureau définitif sans les députés de Masisi et Befale.

            Christophe Lutundula est aussitôt monté à la tribune pour faire remarquer que les députés de Masisi et de Befale étaient absents la plénière sus évoquée, car non encore élus, alors que ceux de Beni, Yumbi et Butembo sont présents dans la salle et siègent en qualité de députés nationaux.

            Par ailleurs, face au refus de la majorité d’accorder à l’opposition un second poste au sein du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, en plus de celui de Rapporteur adjoint, Christophe Lutundula a une fois de plus répété que cette famille politique n’allait prendre part au vote, pour ne pas cautionner la violation de la Constitution et du Règlement intérieur de la chambre basse du Parlement.             L’opposition, qui continue à revendiquer deux postes au bureau définitif, a claqué de nouveau la porte de l’hémicycle de Lingwala, laissant les députés du FCC et Cach boucler seuls la plénière. Celle-ci s’est terminée dans la confusion car après sa suspension par le président du Bureau provisoire, un membre de son protocole est monté à la tribune pour annoncer que la séance était suspendue pour une dizaine de minutes. Après une attente qui a duré une demi-heure, les lumières se sont brutalement éteintes, obligeant tout le monde de vider les lieux. Rendez-vous est pris pour ce mardi pour l’élection de futurs animateurs du Bureau définitif. Va-t-on assister à un nouveau coup de théâtre ? Attendons voir.         Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •